Ukraine : le président Porochenko constate une «désescalade»

le
0
Ukraine : le président Porochenko constate une «désescalade»
Ukraine : le président Porochenko constate une «désescalade»

Le président ukrainien Petro Porochenko a estimé vendredi que le conflit dans l'est de l'Ukraine était en voie de «désescalade» alors que Kiev recevait 5 milliards de dollars dans le cadre d'un prêt du FMI visant à stabiliser son économie au bord de l'effondrement.

«Je peux vous dire que le fait que nous n'ayons pas à déplorer de pertes militaires depuis déjà plusieurs jours, que les vies de nos héros ukrainiens sont préservées, ceci est une indication claire qu'une désescalade progressive est en cours», a-t-il déclaré lors d'une interview à la chaîne ukrainienne 1+1.

Peu avant, les chefs de la diplomatie des pays nordiques et baltes et des Etats du groupe de Visegrad (la Hongrie, la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie) avaient eux aussi estimé que la situation en Ukraine était «meilleure qu'avant la conclusion des accords de Minsk», signés le 12 février pour tenter de ramener la paix dans l'Est, tout en soulignant qu'elle n'était «pas idéale».

Des tensions à l'aéroport de Donetsk et près de Marioupol

Un relative accalmie est observée depuis plusieurs semaines dans l'est du pays, où un nouveau cessez-le-feu est entré en vigueur le 15 février. Néanmoins, les autorités ukrainiennes continuent de dénoncer une concentration de forces ennemies le long de la ligne de front.

La situation reste particulièrement tendue dans deux zones: autour des ruines de l'aéroport de Donetsk, repris par les rebelles en janvier après des combats acharnés, et au niveau du village de Chirokiné, à une dizaine de kilomètres du port stratégique de Marioupol, dernière grande ville de la zone de conflit sous contrôle de Kiev. Plus de 65 soldats ukrainiens auraient trouvé la mort depuis la mi-février.

Petro Porochenko s'est montré confiant face au soutien de l'Occident en cas de violation majeure des accords de Minsk, prévoyant outre la trêve, un retrait des armes lourdes le long de la ligne de front. «Si un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant