Ukraine : le président ne veut pas s'engager militairement en Crimée

le
0
Ukraine : le président ne veut pas s'engager militairement en Crimée
Ukraine : le président ne veut pas s'engager militairement en Crimée

A l'heure où la Crimée a fait un pas de plus vers le rattachement à la Russie en adoptant une déclaration d'indépendance, le nouveau régime au pouvoir en Ukraine semble avoir fait une croix sur la péninsule. L'Ukraine n'interviendra pas militairement pour empêcher le rattachement de la Crimée à la Russie car elle a choisi de protéger sa frontière est, a déclaré dans un entretien exclusif à l'AFP le président par intérim Olexandre Tourtchinov. «Le référendum en Crimée: une «farce» qui se décide au Kremlin», a-t-il ajouté.

«Nous ne pouvons pas nous engager dans une opération militaire en Crimée, ainsi nous dénuderions la frontière de l'est et l'Ukraine ne serait pas protégée, les militaires russes comptent là-dessus», a précisé le nouvel homme fort de Kiev, Olexandre Tourtchinov.

Le président par Intérim s'est aussi exprimé sur la situation diplomatique entre les deux ex républiques soeurs. «Malheureusement pour l'instant la Russie renonce à une solution diplomatique du conflit (...) Les Russes renoncent à tout contact au niveau des ministères des Affaires étrangères et des dirigeants bien que la communauté internationale demande à la Russie d'ouvrir des négociations de paix», a précisé le chef de file ukrainien.

Les Russes contrôlent déjà la Crimée

Sur le terrain, les forces russes contrôlent désormais les points stratégiques de la péninsule ukrainienne, le «Premier ministre» de Crimée, Serguiï Axionov, s'est autoproclamé «chef des armées» et les quelque 2 millions de Criméens, majoritairement russophones, ont vu les chaînes russes remplacer les chaînes ukrainiennes sur leur poste de télévision.

La radio militaire ukrainienne a également cessé d'émettre. Des cosaques en treillis et vestes fourrées fouillent tout voyageur arrivant à Simféropol en provenance du Nord.

Un référendum «illégal»

Oleh Shamshur, un conseiller de Vitali Klitschko, candidat à la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant