Ukraine : le président dévoile son plan de paix

le
0
Ukraine : le président dévoile son plan de paix
Ukraine : le président dévoile son plan de paix

En finir avec les divisions internes. Voilà le défi du nouveau chef de l'Etat ukrainien. Préoccupé par la situation conflictuelle à l'est de son pays, où les pro-Russes poursuivent leur insurrection, le président Porochenko a élaboré un «plan» de paix.

Petro Porochenko, alias le roi du chocolat, a présenté ses 14 points ambitieux pour la paix en Ukraine sur une chaîne de télévision ukrainienne privée Inter TV. Passage en revue des principales mesures.

La garantie d'un couloir pour les mercenaires

Main tendue aux séparatistes. Dans un premier point, le président a évoqué «un désarmement», tout en garantissant en contrepartie «la garantie d'un couloir pour les mercenaires». Le président a également évoqué la «décentralisation du pouvoir et la protection de la langue russe par le biais d'amendements à la Constitution».

Les insurgés pro-Russes de l'est de l'Ukraine revendiquent leur indépendance et leur attachement à la culture russe. Lors d'un référendum, organisé le 11 mai dernier, et non reconnu par Kiev, les habitants des «oblast» -régions- de Lougansk et Donetsk avaient voté l'indépendance «des Républiques populaires de Lougansk et Donetsk». 

La création d'une zone tampon de 10 km à la frontière entre l'Ukraine et la Russie

Longue de 1500 kilomètres, la frontière russo-ukrainienne est immense. Depuis le début de l'insurrection pro-Russe, elle inquiète grandement les autorités ukrainiennes. Pendant plusieurs mois, quelque 40 000 soldats russes sont restés massés le long de la bordure.

Selon les autorités de Kiev, des chars soviétiques auraient également violé l'intégrité territoriale au sud-est. Ce vendredi, Petro Porochenko a annoncé la création d'une zone tampon de dix kilomètres entre les deux pays.   

Le désarmement et l'amnistie pour ceux qui ont déposé les armes

Encagoulés ou en treillis militaires, largement armés, les insurgés pro-Russes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant