Ukraine : le pouvoir met en garde l'opposition et veut des noms

le
0
Ukraine : le pouvoir met en garde l'opposition et veut des noms
Ukraine : le pouvoir met en garde l'opposition et veut des noms

Le pouvoir ukrainien lance un avertissement à l'opposition pro-européenne. «Le Parlement a exprimé hier la confiance au gouvernement. C'est un fait que l'opposition et nos partenaires à l'étranger doivent accepter. J'appelle à arrêter l'escalade de la tension politique», a déclaré le Premier ministre, Mykola Azarov, en ouvrant le conseil des ministres. «Je veux dire aux gens : vos leaders vous poussent à un crime. Ils vont se réfugier derrière leur immunité parlementaire et vous n'avez pas moyens de vous réfugier», a-t-il ajouté.

Tôt mercredi, à Kiev, une centaine de manifestants pro-européens ont tenté de bloquer le siège du gouvernement, avant la tenue du conseil des ministres. Mais une centaine de policiers en a protégé tous les accès. Les manifestants, qui ne désarment pas et protestent contre la suspension du processus d'intégration européenne de l'Ukraine, ont dû rester derrière les cordons de police, scandant «Honte !» et «Démission !». Ils exigent le départ du Premier ministre et du président Viktor Ianoukovitch.

L'opposition accuse le pouvoir exécutif d'être responsable des violences policières contre les manifestants et d'avoir «vendu l'Ukraine à la Russie». Fin novembre, les autorités ukrainiennes ont en effet brusquement suspendu la signature d'un accord d'association avec l'Union européenne, en préparation depuis des mois, pour se tourner vers la Russie. Cette volte-face a provoqué une mobilisation sans précédent depuis la Révolution orange pro-occidentale de 2004.

Réunions à Bruxelles et à Moscou

Le conseil des ministres de ce mercredi est la première réunion gouvernementale depuis la démonstration de force de l'opposition, qui a mobilisé le week-end dernier plus de 100 000 manifestants sur la place de l'Indépendance, à Kiev, et des dizaines de milliers dans d'autres villes du pays. Des affrontements avec les forces de l'ordre ont fait plus de cent blessés, dont nombre de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant