Ukraine : le plan de paix de Kiev «soutenu par toutes les parties»

le
0
Ukraine : le plan de paix de Kiev «soutenu par toutes les parties»
Ukraine : le plan de paix de Kiev «soutenu par toutes les parties»

C'était leur premier véritable entretien en tête-à-tête. Le président russe Vladimir Poutine et son homologue ukrainien Petro Porochenko se sont rencontrés mardi à Minsk (Biélorussie) en marge d'un sommet régional pour aborder le conflit qui ravage l'est de l'Ukraine depuis plus de quatre mois. Mercredi soir, le chef d'Etat de Kiev semblait satisfait : «La stratégie de paix que veut développer l'Ukraine a été soutenue par tous les dirigeants qui ont participé au sommet de Minsk sans exception (donc la Russie, Ndlr)», a-t-il affirmé sur Facebook.  Alors que Kiev avait annoncé avoir arrêté lundi dix parachutistes russes sur son sol, le maître du Kremlin a évoqué la possibilité des soldats qui patrouillaient à la frontière.

Le sommet, inédit réunissant l'Ukraine, la Russie et ses alliés de l'Union douanière (Bélarus et Kazakhstan) ainsi que des représentants de l'Union européenne pour chercher une sortie diplomatique à la crise ukrainienne qui a provoqué le pire conflit entre Moscou et l'Occident depuis la fin de la guerre froide. Les chefs d'Etat avaient eu un bref entretien en marge des commémorations du 6 juin en France pour le 70e anniversaire du Débarquement en Normandie. 

Porochenko : «Tout faire pour arrêter les livraisons d'armes»

«Le sort du monde et de l'Europe se décide au cours de cette rencontre à Minsk. C'est comme ça que je le vois», a déclaré avec emphase  Petro Porochenko, peu avant les discussions.  Il a déclaré que l'Ukraine «cherchait la paix dans le Donbass», bassin minier de l'Est où les combats ont fait plus de 2.200 morts en quatre mois. Selon lui, «il fallait tout faire pour arrêter les livraisons d'armes aux séparatistes».

Au cours d'un entretien avec le chef de la diplomatie de l'UE, Catherine Ashton, le président ukrainien a estimé que son pays payait «un prix trop élevé pour son indépendance». Après avoir convoqué lundi soir des législatives anticipées le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant