Ukraine : le désenchantement des réfugiés

le
0
Une réfugiée s'apprête à embarquer à bord d'un bus qui quitte Donetsk à destination de la Russie (photo d'illustration
Une réfugiée s'apprête à embarquer à bord d'un bus qui quitte Donetsk à destination de la Russie (photo d'illustration

Ils ne comptent plus le nombre de nuits blanches qu'ils viennent de passer. Ils revivent les images de bombes, d'explosions, de sang et de cadavres dont ils ont été témoins à Donetsk, ville située dans l'est de l'Ukraine prise en otage par les séparatistes pro-russes qui combattent l'armée ukrainienne. À la mi-janvier, Irina et sa famille ont décidé de quitter leur ville et de trouver refuge dans la Moldavie voisine. Depuis, mère, père et un enfant âgé de 10 ans vivent dans un centre de réfugiés aménagé dans l'espace international de l'aéroport de Chisinau, la capitale moldave. "J'ai vu des scènes qui dépassent tous les films d'horreur, raconte-t-elle. J'ai dit à mon fils que les bombes étaient des feux d'artifice. C'est pour lui qu'on a décidé de tout abandonner. Nous avons choisi la Moldavie parce qu'on n'a pas besoin de visa."

Selon le Bureau de migration et d'asile de Chisinau, 1 440 Ukrainiens ont obtenu en 2014 une carte de séjour en Moldavie. Leur nombre risque de monter en flèche, d'autant que beaucoup d'Ukrainiens ne croient plus aux accords de cessez-le-feu signés par la Russie et l'Ukraine et craignent une guerre dévastatrice. Dans un rapport rendu public le 7 février par le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (UNHCR), environ 1,6 million d'Ukrainiens ont quitté l'est du pays. 980 000 d'entre eux sont partis dans d'autres régions ukrainiennes, et plus de 600 000 se sont réfugiés dans les pays voisins : Russie,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant