Ukraine : le Conseil de sécurité de l'ONU appelle «à cesser les hostilités»

le
0
Ukraine : le Conseil de sécurité de l'ONU appelle «à cesser les hostilités»
Ukraine : le Conseil de sécurité de l'ONU appelle «à cesser les hostilités»

Les accords de Minsk 2, signés la semaine passée, semblaient relever d'un lointain passé mardi dans l'est de l'Ukraine. Aussi dans la soirée, le Conseil de sécurité de l'ONU (Russie comprise) a appelé dans une déclaration unanime les belligérants «à cesser immédiatement les hostilités». Un constat partagé par Kiev. Les Russes «sont en train de détruire l'espoir de paix», avait déclaré peu avant le chef-adjoint de la présidence ukrainienne, Valeri Tchaly.

Malgré le cessez-le-feu entré en vigueur dans la nuit de samedi à dimanche, les séparatistes ont pénétré mardi dans la ville stratégique de Debaltseve, n½ud ferroviaire situé entre Lougansk et Donetsk, les deux «capitales» des républiques séparatistes de l'est de l'Ukraine. Cinq soldats ukrainiens ont été tués et quatorze blessés durant les dernières 24 heures. Des soldats de Kiev ont été faits prisonniers.

A l'occasion d'un entretien téléphonique avec la chancelière allemande Angela Merkel, le président ukrainien Petro Porochenko a dénoncé une «attaque cynique contre les accords de Minsk» et le cessez-le-feu censé être en vigueur depuis dimanche, demandant à l'Occident une réponse «sévère» pour «arrêter l'agresseur» selon un communiqué diffusé par ses services. Mais les observateurs de l'OSCE n'ont pu pénétrer dans Debaltseve en raison des hostilités qui se poursuivaient dans la soirée.

L'accord de Minsk 2 prévoyait le début du retrait des armes lourdes à partir de ce mardi. Ne voyant rien venir, l'Union européenne a rappelé mardi après-midi les termes de la trêve signée au Bélarus. «J'espère que les autorités ukrainiennes ne vont pas empêcher les soldats ukrainiens de déposer leurs armes», a déclaré Vladimir Poutine lors d'une conférence de presse à Budapest avec le Premier ministre hongrois Viktor Orban.

VIDEO. Faute de trêve, pas de perspectives de retrait des armes lourdes

Combats de rue à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant