Ukraine : le cessez-le-feu respecté

le
0
Ukraine : le cessez-le-feu respecté
Ukraine : le cessez-le-feu respecté

Le cessez-le-feu entré en vigueur le 15 février, à l'issue de l'accord de paix conclu à Minsk 2, semble enfin tenir dans l'est de l'Ukraine. Kiev a même annoncé une avancée majeure ce jeudi : le retrait des armes lourdes de l'est du pays a débuté. La zone-tampon sur la ligne de front pourrait donc voir le jour dans les prochaines heures. 

Aucun soldat tué en deux jours. Sur le terrain, l'armée ukrainienne fait même état d'une «baisse considérable» des tirs rebelles, se félicitant qu'aucun soldat n'ait été tué pour la deuxième journée consécutive. Elle a commencé à retirer les canons d'un mètre de la ligne de démarcation. Cette première étape sera suivie de retrait de lance-roquettes multiples Grad et autres pièces lourdes.

Des craintes pour Marioupol. Petit bémol dans cette accalmie : l'arme de Kiev dénonce une «concentration des troupes ennemies» près de Marioupol, port stratégique sur les bords de la mer d'Azov et dernière grande ville de l'Est rebelle sous contrôle de Kiev. Sept drones ont survolé la zone de Marioupol en 24 heures, a indiqué Andriï Lyssenko, porte-parole militaire. De Rome, le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a averti jeudi «toute extension du territoire tenu par les séparatistes» ukrainiens serait «inacceptable», et a demandé à la Russie de retirer «plus de mille pièces» d'armements lourds de l'est de l'Ukraine. D'après le renseignement américain, la conquête de Marioupol devrait avoir lieu au printemps.

Les pro-Russes aussi disent commencer le retrait d'armes Les pro-Russes ont, eux aussi, tenu à faire preuve de leur bonne foi en amenant un groupe de journalistes à Obilné, au sud de Donetsk, pour leur montrer ce qu'ils ont présenté comme un «retrait d'armes lourdes». Des journalistes de l'AFP ont vu une colonne de 14 canons mobiles de 122 mm et de plusieurs camions se déplacer sur la route, en provenance de l'ouest, où se situe la ligne de front et en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant