Ukraine : la trêve globalement respectée, malgré les bombardements à Debaltseve

le
0
Ukraine : la trêve globalement respectée, malgré les bombardements à Debaltseve
Ukraine : la trêve globalement respectée, malgré les bombardements à Debaltseve

Le cessez-le-feu dans l'Est de l'Ukraine entre les forces de Kiev et les rebelles pro-Russes semblait tenir dimanche, plusieurs heures après son entrée en vigueur, première étape d'un plan de paix destiné à mettre fin à un conflit qui a fait plus de 5 500 morts en 10 mois. François Hollande, Angela Merkel, Vladimir Poutine et Petro Porochenko «ont constaté que le respect du cessez-le-feu était globalement satisfaisant malgré des incidents locaux qu'il faut rapidement régler», a annoncé l'Elysée. Plus tôt dans la journée, deux civils ont en effet été tués et les positions ukrainiennes ont été visées à 60 reprises selon un porte-parole militaire ukrainien, notamment à Debaltseve. 

L'accord de cessez le feu conclu jeudi à Minsk à l'issue d'une nuit de négociations entre les dirigeants d'Ukraine, Russie, Allemagne et France prévoit que Kiev et les rebelles ont deux jours après l'entrée en vigueur du cessez-le-feu pour commencer à retirer leurs armes lourdes de la ligne de front.

Respect du cessez-le feu «globalement satisfaisant», selon l'Elysée. «Malgré quelques incidents isolés», c'est le constat dressé par François Hollande, Angela Merkel, Vladimir Poutine et Petro Porochenko lors d'un entretien téléphonique dimanche, selon un communiqué de la présidence de la République. Les quatre dirigeants français, allemand, russe et ukrainien «ont marqué également leur accord pour avancer dans la mise en oeuvre des prochaines étapes prévues par le paquet de mesures adopté à Minsk le 12 février», poursuit le communiqué. Ces étapes sont «le retrait des armes lourdes, le suivi et la vérification du cessez-le-feu et du retrait des armes lourdes par l'OSCE, ainsi que le lancement d'un dialogue sur les modalités de la tenue des élections locales conformément à la législation ukrainienne».

Le constat est partagé par l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe), qui explique que le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant