UKRAINE. La chute du président Ianoukovitch, le retour de l'opposante Timochenko : récit d'une folle journée

le
2
UKRAINE. La chute du président Ianoukovitch, le retour de l'opposante Timochenko : récit d'une folle journée
UKRAINE. La chute du président Ianoukovitch, le retour de l'opposante Timochenko : récit d'une folle journée

Les événements se sont encore accélérés ce samedi en Ukraine, après la flambée de violence qui a fait des dizaines de morts en trois jours. Au lendemain d'un accord signé par le président ukrainien, en présence des médiateurs européens, l'opposition a pris le contrôle du Parlement dans une ambiance de fin de règne pour Viktor Ianoukovitch. Depuis vendredi soir, des informations contradictoires sur son éventuelle démission circulaient. Mais réfugié à Kharkiv, dans l'est du pays, son fief politique, le président a affirmé qu'il ne donnera pas sa démission et dénoncé un «coup d'Etat».

En fin d'après-midi, c'est finalement le Parlement, la Verkhovna Rada, qui a voté la destitution du président élu en 2010.

Depuis le matin, les signes avant-coureurs d'une chute du pouvoir se multipliaient, après la démission du président du Parlement et d'une quarantaine de députés proches de Ianoukovitch. Le bras droit de l'opposante Ioulia Timochenko avait été élu pour lui succéder. Un autre proche de Timochenko a été désigné à la tête du ministère de l'Intérieur, tandis que le Parlement votait une résolution pour libérer «immédiatement» l'opposante. L'ancienne égérie de la Révolution orange de 2005 a été libérée en fin d'après-midi après deux ans d'incarcération et s'est aussitôt rendue à Kiev où elle est apparue place Maïdan. Des dizaines de milliers de personnes ont écouté son discours.

>>> Les événements de ce samedi : 

22h45.  Ianoukovitch a tenté de corrompre les gardes-frontières pour faire décoller son avion. L'ex-président a quitté Kiev et s'est rendu à Kharkiv (est) où il a donné une interview télévisée, mais on ignorait où il se trouvait samedi soir. «Un avion privé, qui devait décoller de l'aéroport de Donetsk (est), n'avait pas ses autorisations en ordre. Quand les responsables sont arrivés pour vérifier les documents, ils ont été accueillis par des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mucius le dimanche 23 fév 2014 à 12:40

    L'éternel retour dans ce pays corrompu. Le tout dans la joie!

  • combiera le samedi 22 fév 2014 à 16:24

    faut être aveugle ou de très mauvaise fois pour ne pas voir un coup d'état ? non ? ça c'est des bons opposants, pas comme les manifestant contre notre dame des landes qui sont des voyous (pas assez armés pour imposer le respect sans doute)