Ukraine-L'UE va augmenter les sanctions, dit Hollande

le
0

(Ajoute nouvelles citations, détails) PARIS, 30 août (Reuters) - Les sanctions contre la Russie vont "sans doute" être augmentées et la Commission européenne sera chargée samedi par les Vingt-Huit de préparer l'élévation de leur niveau, a déclaré François Hollande après une réunion des dirigeants sociaux-démocrates de l'UE. Le président ukrainien Petro Porochenko a affirmé samedi que des milliers de soldats étrangers et des centaines de blindés avaient pénétré sur dans son pays, où Moscou continue en outre d'aider les séparatistes de l'Est. A Bruxelles, où Petro Porochenko s'est rendu pour participer au Conseil européen de fin de journée, le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a estimé lui qu'un point de non retour risquait d'être atteint en Ukraine. "Il y a incontestablement une aggravation de la situation", a souligné François Hollande lors d'une conférence de presse à Paris, où étaient réunis les sociaux-démocrates, à quelques heures d'un sommet européen à Bruxelles. "Il y a une escalade qui fait que le nombre de morts est impressionnant, 2.500 ces dernières semaines, qu'il y a une population civile qui est particulièrement exposée, qu'il y a maintenant des déplacés, des réfugiés", a ajouté le président français. "L'Europe doit agir. Il y a face à cette aggravation de la tension de nouvelles décisions à prendre (...) Les sanctions seront sans doute augmentées et la Commission (européenne) aura à travailler sur l'élévation de leur niveau", a-t-il dit. François Hollande, qui avait réuni ses homologues russe, Vladimir Poutine, et ukrainien, Petro Porochenko, le 6 juin dernier en Normandie, a dit s'être entretenu vendredi au téléphone avec le premier et l'avoir une nouvelle fois exhorté à mettre fin au conflit. "Je lui ai rappelé ce qui, pour la France, était essentiel. D'abord le respect de l'intégrité de l'Ukraine, de sa souveraineté. Ensuite l'arrêt de l'aide aux séparatistes qui ne peut entraîner qu'une escalade supplémentaire", a-t-il dit. "J'ai dit la disponibilité de la France, une fois encore, pour permettre qu'il puisse y avoir une rencontre dans le cadre du format Normandie. Mais il y a des préalables. Et ces préalables c'est justement que la Russie marque par des gestes sa volonté d'en terminer avec ce qu'il se passe en Ukraine." "Il n'y a pas de temps à perdre", a insisté François Hollande. (Gregory Blachier, avec Natalie Huet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant