Ukraine : l'opposition redoute l'intervention de l'armée

le
0
Ukraine : l'opposition redoute l'intervention de l'armée
Ukraine : l'opposition redoute l'intervention de l'armée

L'inquiétude grandit dans l'opposition ukrainienne. Batkivchtchina (Patrie) le parti de l'ex-Premier-ministre emprisonnée Ioulia Timochenko, craint une intervention de l'armée et assure que le pouvoir est en train de préparer l'instauration d'un état d'urgence, en vue de mettre un terme à la contestation qui secoue le pays depuis plus de deux mois.

Plusieurs indices, aux yeux de l'opposition, illustrent cette stratégie du régime du Président Viktor Ianoukovitch. Dans la nuit de vendredi à samedi, les services de sécurité ukrainiens (SBU) ont annoncé une enquête pour «tentative de prise du pouvoir», ce qui affole également les adversaires du régime. Ces derniers ont d'ores-et-déjà examiné des serveurs, saisis en décembre dernier au siège du parti Batkivchtchina. Une investigation qui apparaît pour l'opposition comme une manoeuvre pour anéantir le mouvement.

C'est «un élément d'un scénario de force, de la préparation de l'instauration de l'état d'urgence», décrypte ce samedi Grigori Nemyria, du parti Batkivchtchina et député et chef de la commission parlementaire ukrainienne pour l'Intégration européenne.

L'armée veut des «mesures d'urgence»

La déclaration de l'armée vendredi qui a demandé au président Viktor Ianoukovitch des mesures d'urgence est «un autre élément» de ce scénario, ajoute Grigori Nemyria. L'armée ukrainienne a en effet exigé ces mesures à Kiev comme dans d'autres villes du pays, affirmant que la crise menaçait «l'intégrité territoriale» de l'ancienne république soviétique. Les militaires et les employés du ministère de la défense jugent «inacceptables la prise d'assaut de bâtiments publics et les tentatives d'empêcher le pouvoir de remplir ses fonctions, notant qu'une escalade de la contestation menace l'intégrité territoriale». L'armée appelle donc «le chef suprême des armées à prendre des mesures d'urgence dans le cadre de la législation actuelle pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant