Ukraine : l'ONU appelle au respect du cessez-le-feu

le
0
Ukraine : l'ONU appelle au respect du cessez-le-feu
Ukraine : l'ONU appelle au respect du cessez-le-feu

Alors que Kiev a accusé mercredi les séparatistes prorusses d'avoir déclenché une «offensive majeure» contre leurs positions à Mariinka près de Donetsk, un responsable de l'ONU a appelé vendredi toutes les parties en conflit en Ukraine à respecter «totalement» le cessez-le-feu prévu dans les fragiles accords de paix conclus à Minsk (Biélorussie) en février insistant sur «la protection des civils qui doit être une priorité». De son côté, l'Union européenne devrait prolonger les lourdes sanctions économiques prises contre la Russie.

«Nous sommes en train d'assister soit à l'aggravation d'un conflit difficile à régler, soit à un regain temporaire de tension dans certaines zones», a déclaré le secrétaire général adjoint de l'ONU aux Affaires politiques, Jeffrey Feltman devant les 15 membres du Conseil de sécurité, réunis à la demande de la Lituanie. Or «nous ne pouvons nous permettre aucun de ces scénarios», a-t-il estimé.

Sur le terrain, les combats se poursuivent, mais comparé à mercredi, leur intensité a considérablement baissé. L'armée ukrainienne a cependant accusé vendredi les rebelles séparatistes de viser ses positions autour de Donetsk (est), tandis que les séparatistes prorusses reprochaient aux forces ukrainiennes d'utiliser des systèmes de lance-roquettes multiples.

«Les développements autour de Mariinka sont inquiétants», a estimé vendredi devant le Conseil Alexander Hug, chef-adjoint de la mission d'observation de l'OSCE en Ukraine, qui a évoqué les «inquiétudes» concernant des livraisons de ce type d'armements. L'Ukraine elle-même avait demandé au Conseil de sécurité d'aborder  l'offensive de Mariinka, qui a fait 28 morts, selon le représentant de Kiev auprès des Nations unies, Iouri Sergueïev.

L'ambassadeur russe à l'ONU, Vitali Tchourkine, a accusé les forces ukrainiennes de viser des civils et de ne pas respecter leurs engagements. «Nous sommes à un moment ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant