Ukraine : l'Europe sanctionne les chefs du Renseignement russe

le
0
Ukraine : l'Europe sanctionne les chefs du Renseignement russe
Ukraine : l'Europe sanctionne les chefs du Renseignement russe

L'Europe tape du poing sur la table. Décidée à durcir le ton face à la Russie après le drame du vol MH17 de Malaysia Airlines il y a neuf jours, l'Union européenne a sanctionné samedi les chefs des services de renseignement pour leur implication dans la crise ukrainienne. Elle devrait passer à la vitesse supérieure d'ici quelques jours en prenant pour la première fois des sanctions économiques d'envergure.

L'UE a ajouté 15 personnes et 18 entités à sa liste noire parue samedi au Journal officiel, qui comprend désormais 87 personnes et 20 entités visées par un gel des avoirs et une interdiction de voyager.

Dans cette liste, figurent le chef du Service fédéral de sécurité (FSB), Nikolaï Bortnikov, le chef des services de renseignement extérieur, Mikhaïl Fradkov, mais aussi le président tchétchène, Ramzan Kadyrov.

Les responsables du Conseil de sécurité russe, dont font partie MM. Bortnikov et Fradkov, sont mis en cause pour avoir «contribué à l'élaboration de la politique du gouvernement russe menaçant l'intégrité territoriale, la souveraineté et l'indépendance de l'Ukraine».

Ramzan Kadyrov, le dirigeant tchétchène dans la liste

Ramzan Kadyrov a lui «fait des déclarations en faveur de l'annexion illégale de la Crimée et en faveur de l'insurrection armée en Ukraine». Début juin, il s'est dit prêt à envoyer 74.000 volontaires tchétchènes en Ukraine.

Mikhaïl Degtyarev, un député de la Douma, a également été sanctionné par l'UE pour avoir annoncé l'inauguration de «l'ambassade de facto» de la République populaire de Donetsk, non reconnue, à Moscou.

Parmi les entités figurent plusieurs milices et des groupes armés illégaux comme l'Armée du sud-est (séparatiste). Les entreprises touchées ont leur siège en Crimée, la péninsule ukrainienne rattachée à la Russie en mars, comme un groupe hôtelier basé à Yalta, une entreprise de ferries et une distillerie.

L'UE devrait aller ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant