Ukraine : l'armée et les séparatistes ont échangé des prisonniers

le
0
Ukraine : l'armée et les séparatistes ont échangé des prisonniers
Ukraine : l'armée et les séparatistes ont échangé des prisonniers

Une scène digne d'un film d'espionnage. Sur la ligne de front ukrainien, dans la nuit de samedi et le froid de la campagne du Donbass, l'armée ukrainienne et les séparatistes pro-russes ont échangé leurs prisonniers au milieu d'une route défoncée par les tirs d'artillerie. En file indienne, 139 soldats ukrainiens et 52 combattants rebelles peuvent commencer à passer d'un camp à l'autre, à pied.

Pour les prisonniers à «rendre» à l'Ukraine, le processus d'échange a commencé au coucher du soleil quand ils sont arrivés à bord d'autobus civils dans le hameau de Frounze. Ceux qui ont été amenés de la république autoproclamée de Donetsk sont en civil. Ceux qui viennent de Lougansk, en treillis. Certains ont été fait prisonniers à Debaltseve, où les combats pour arracher la ville se sont poursuivis bien après l'entrée en vigueur du cessez-le-feu arraché à Minsk vendredi dernier par Angela Merkel et François Hollande.

Des rebelles en armes et cagoulés du bataillon Vostok surveillent la marche dans la pénombre faiblement éclairée par les projecteurs de quelques caméras. Il fait zéro degré et la lune n'est qu'un mince croissant. Des observateurs de l'OSCE ont été conviés. Régulièrement les hommes de Vostok hurlent «restez sur la route, il peut y avoir des mines». La route est à l'image de l'est ukrainien, dévasté par onze mois de combats que le premier accord de Minsk, en septembre, n'avait pas pu stopper. 

VIDEO. Echange de prisonniers dans l'est de l'Ukraine

Les négociateurs des deux camps se font la bise

Au bout d'une petite heure de marche, pas évidente pour certains, blessés, des hommes en armes apparaissent en face: à pied aussi, sans lumières, ce sont les forces ukrainiennes et leurs prisonniers rebelles. La représentante des rebelles, Daria Morozova, et l'homme politique ukrainien qui représente Kiev, Viktor Medvetchouk, se retrouvent entourés d'hommes en armes, le doigt sur la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant