Ukraine : Kiev se prépare au combat, l'ONU redoute une « guerre totale »

le
0
Ukraine : Kiev se prépare au combat, l'ONU redoute une « guerre totale »
Ukraine : Kiev se prépare au combat, l'ONU redoute une « guerre totale »

L'Ukraine a dit mercredi se préparer au combat en réaction à une concentration de troupes russes dans l'Est séparatiste prorusse confirmée par l'Otan, qui fait craindre à l'ONU «une guerre totale» après deux mois de trêve fragile. Le ministère russe de la Défense a rejeté comme «sans fondements» les accusations du commandant en chef de forces alliées de l'Otan en Europe, Philip Breedlove, sur l'arrivée dans l'est de l'Ukraine de convois militaires russes.

L'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe), qui déploie des observateurs en Ukraine, a également confirmé ces incursions militaires russes. Le conflit entre armée gouvernementale et séparatistes pro-russes qui embrase des régions orientales de l'Ukraine a fait plus de 4.000 morts depuis la mi-avril. Un cessez-le-feu conclu en septembre par Kiev et les séparatistes est aujourd'hui moribond.

Face à l'escalade militaire, l'ONU a dit redouter «le retour à une guerre totale», lors d'une réunion d'urgence de l'ONU où Occidentaux et Russes se sont une nouvelle fois affrontés. Le secrétaire général adjoint aux Affaires politiques, Jens Andres Toyberg-Frandzen, a aussi évoqué parmi les scénarios possibles «un conflit gelé et persistant qui maintiendrait le statu quo dans le sud-est de l'Ukraine pendant les années ou les décennies à venir». Cette réunion, la 26ème session infructueuse consacrée à la crise ukrainienne, avait été demandée par les Etats-Unis, dont l'ambassadrice Samantha Power a accusé Moscou de «parler de paix tout en continuant à fomenter la guerre». Le représentant russe Dimitri Pankin a dénoncé des «déclarations de propagande».

VIDEO. Ukraine : l'ONU redoute une «guerre totale»

Quelques heures auparavant, le secrétaire général de l'OSCE, Lamberto Zannier, avait reconnu que le cessez-le-feu était de plus en plus virtuel et que l'afflux d'armes dans les zones rebelles pouvait «mener à une confrontation ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant