Ukraine : Kiev met l'armée loyaliste en «état d'alerte totale»

le
0
Ukraine : Kiev met l'armée loyaliste en «état d'alerte totale»
Ukraine : Kiev met l'armée loyaliste en «état d'alerte totale»

Les forces armées ukrainiennes se trouvent en «état d'alerte total» pour le combat face à la menace d'une intervention russe, a annoncé mercredi le président ukrainien par intérim Olexandre Tourtchinov. La Russie a aussitôt réagi en sommant Kiev d'arrêter «immédiatement la rhétorique belliqueuse qui vise à intimider sa propre population».

Dans un geste qui devrait irriter encore davantage Moscou, le ministère ukrainien des Affaires étrangères a annoncé que l'attaché militaire russe à Kiev avait été «arrêté» mercredi et «déclaré persona non grata». «Suite à des agissements incompatibles avec son statut», le diplomate russe «doit quitter l'Ukraine dans les plus brefs délais», selon le ministère.

Au cours d'un entretien téléphonique, Vladimir Poutine et le Premier ministre britannique David Cameron ont convenu que la crise ukrainienne ne pourrait être résolue «qu'avec des moyens pacifiques», a indiqué le Kremlin. Jouant l'apaisement, le président russe avait dit plus tôt espérer que les observateurs de l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) détenus en Ukraine par les militants pro-russes seraient «capables de quitter librement le territoire».

«Empêcher le terrorisme de s'étendre»

A Kiev, Olexandre Tourtchinov a déclaré que l'«objectif numéro un (était) d'empêcher le terrorisme de s'étendre» des régions de Donetsk et de Lougansk, en proie à une insurrection pro-russe armée, à d'autres régions. «Il y a des tentatives de déstabiliser la situation à Kharkiv (est), Odessa (sud), Dnipropetrovsk (est), Zaporijjia (sud-est), Kherson et Mykolaïev (sud)», a-t-il dit.

Ensemble, ces huit régions constitueraient une large zone contiguë de la Russie et des territoires séparatistes de Crimée (rattachée à la Russie en mars) et de Transnistrie en Moldavie, que Moscou contrôle de fait déjà.

Les rebelles pro-russes, hostiles au pouvoir qui s'est mis en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant