Ukraine : Kiev espère un cessez-le-feu après la visite Hollande-Merkel

le
6
Ukraine : Kiev espère un cessez-le-feu après la visite Hollande-Merkel
Ukraine : Kiev espère un cessez-le-feu après la visite Hollande-Merkel

Les armes ou la diplomatie ? Alors que l'Ukraine, en mauvaise posture face aux rebelles pro-russes dans l'est du pays, demande ces derniers jours à ses soutiens occidentaux des livraisons d'armes «pour se défendre face à l'agresseur», la négociation semble toujours d'actualité. 

Aussitôt dit, aussitôt fait. François Hollande et Angela Merkel sont arrivés en fin d'après-midi à Kiev, en Ukraine. Les deux dirigeants européens ont présenté au président Petro Porochenko une «nouvelle proposition de règlement» du conflit «fondée sur l'intégrité territoriale».

Le président ukrainien a accueilli dans la soirée le président français et la chancelière allemande pour des entretiens et un dîner. Les pourparlers «laissent espérer un cessez-le-feu», a déclaré la présidence dans un communiqué. Rien n'a filtré de la teneur de leur entretien et la déclaration conjointe prévue dans la soirée a été annulée.

Vendredi, le couple franco-allemand se rendra à Moscou pour exposer leur plan.

Hollande : «La France veut éviter la guerre».  «Le temps presse et il ne sera pas dit que la France et l'Allemagne ensemble n'auront pas tout tenté, tout entrepris, pour préserver la paix», a expliqué le chef de l'Etat, tout en soulignant que «l'option de la diplomatie ne pouvait pas être prolongée indéfiniment». «La France veut éviter la guerre (...) nous devons tout faire pour que ce soit la politique et la diplomatie qui reprennent leurs droits». «La France ne rentre pas dans le débat sur la fourniture des armes à l'Ukraine», a-t-il ajouté.

VIDEO. Hollande et Merkel jeudi à Kiev et vendredi à Moscou

La Maison Blanche soutient l'initiative franco-allemande. Le secrétaire d'Etat américain, en visite lui aussi à Kiev, a assuré que Washington soutenait l'initiative de paix franco-allemande. Le président russe Vladimir Poutine peut «faire le choix d'en finir avec la guerre» en Ukraine où plus de 5 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • perkele le jeudi 5 fév 2015 à 23:14

    parmi les commentateurs, je ne vois pas beaucoup de pacifistes, mais plutot des gens qui veulent mettent de l'huile sur le feu en accusant une partie de tous les maux... comme si les armes, les exactions et les forces n'étaient pas bien reparties à l'équilibre entre les 2 camps... après tout, peut-être que beaucoup espère la guerres parmi les faucons des 2 camps.

  • Berg690 le jeudi 5 fév 2015 à 22:58

    Une trêve qui, si elle avait lieu, ne serait pas respectée par la partie ukrainienne qui poursuit ses pilonnages massifs à l’artillerie lourde contre les zones résidentielles, y compris avec des sous-munitions et des obus au phosphore. Hier, un hôpital a été touché de plein fouet, aujourd’hui ce sont une école, une station d’essence et des transports publics

  • Berg690 le jeudi 5 fév 2015 à 22:23

    Qu'est-ce qui pouvait être si urgent pour décider illico de partir à kiev? Poro boit la tasse!

  • noterb1 le jeudi 5 fév 2015 à 19:08

    Si au moins ils pouvaient comprendre que les intérêts des européens ne sont pas ceux des USA ce serait déjà un grand pas ! Il y en a marre du bourrage de crâne des médias . Quand le chef d'état major ukrainien Viktor Muzhenko dit qu'il n'y a pas de troupes russes en Ukraine , les médias français écoutent Porochenko et son associé l'américain iatseniouk ce malade qui compte 9000 soldats russes dans le Donbass .

  • M6194462 le jeudi 5 fév 2015 à 15:42

    Comme ceux qui sont allés à Munich, ils voulaient éviter la guerre et ils auront le déshonneur et la guerre.

  • dioptaze le jeudi 5 fév 2015 à 13:50

    http://arretsurinfo.ch/ukraine-le-quotidien-le-monde-repond-a-la-voix-de-son-maitre/