Ukraine : Ioulia Timochenko candidate à la présidence

le
2
Ukraine : Ioulia Timochenko candidate à la présidence
Ukraine : Ioulia Timochenko candidate à la présidence

Pour elle, «aucun des candidats à la présidence ne prend la mesure de l'anarchie» ukrainienne. C'est pourquoi Ioulia Timochenko se lance dans la course au pouvoir. La «Dame aux tresses»  est officiellement candidate à la présidence en Ukraine. L'égérie de la révolution orange se présentera sous l'étiquette de son parti Batkivchtchina (Patrie) à l'élection présidentielle du 25 mai prochain.

«Je saurai créer une armée moderne», s'est emballée ce jeudi l'ex-ministre de 53 ans, à l'occasion d'une conférence de presse à Kiev. Faisant référence à la Crimée, territoire ukrainien désormais sous le giron russe, Ioulia Timochenko a certifié avoir «des renseignements utiles pour arrêter cette agression». Et de préciser que «pour réaliser mes plans, je dois être au pouvoir». Provocante, la Dame aux tresses en enfin ciblé le président russe : «Vladimir Poutine est l'ennemi numéro un de l'Ukraine !»

Gloire et déchéance de la «Timochenka»

Femme d'affaire façonnée sous la perestroïka -période de réformes économiques et sociales en URSS entre 1985 et 1991- Ioulia Timochenko devient l'une des premières fortunes d'Ukraine en 1996. Son domaine : l'industrie gazière. La brune - à l'époque - décide alors de se lancer en politique, et fonde parti «La Patrie». En 1999, la séduisante Ukrainienne, abonnée aux jupes et talons aiguilles, devient ministre de l'énergie du président Léonid Koutchma.

Elle sera néanmoins remerciée en 2001. A l'époque, la «Dame aux tresses» est accusée de «contrebande et de falsification de documents» pour avoir importé du gaz russe illégalement cinq ans plus tôt. Timochenko sera arrêtée et emprisonnée durant quelques semaines, mais les charges contre elles seront finalement abandonnées.

La révolution Orange de 2004 sera son piédestal. La belle blonde, convertie au nationalisme ukrainien, galvanise la foule. Son visage rayonne sur Maïdan, à Kiev, et illustre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • blackmax le vendredi 28 mar 2014 à 02:11

    Déprimant !

  • mucius le jeudi 27 mar 2014 à 16:56

    Retour des corrompus (version n-1)