Ukraine : Ianoukovitch se pose en président

le
0
Ukraine : Ianoukovitch se pose en président
Ukraine : Ianoukovitch se pose en président

Un discours surréaliste. Alors que la transition politique de l'Ukraine s'organise sans lui, le président ukrainien déchu Viktor Ianoukovitch est réapparu à Rostov-sur-le-Don en Russie, en se posant comme chef légitime du pays. L'homme le plus recherché du moment a pris publiquement la parole ce vendredi pour la première fois depuis sa destitution par la Rada, le parlement ukrainien, et son évasion de Kiev, le 22 février dernier. Devant un parterre de journalistes majoritairement russes, Ianoukovitch s'est voulu ferme. Sur un ton qui trahissait une certaine inquiétude, l'Ukrainien a livré sa version de la «révolte de pavé» en Ukraine. 

Un président légitime. Les Ukrainiens du mouvement Maïdan ont déjà tourné la page «Viktor Ianoukovitch», nombreux disent avoir ignoré son discours aujourd'hui à Kiev. Mais sans surprise, ce dernier a réaffirmé sa position de chef de l'Etat. «Personne ne m'a renversé», a insisté l'homme. Et de justifier sa fuite en Russie : «J'ai été contraint de quitter l'Ukraine sous une menace directe pour ma vie et celle de mes proches». L'Ukrainien s'était échappé de Kiev en voiture, accompagné d'officiers de l'armée ukrainienne. Il a d'abord rejoint la Crimée, puis la Russie. Viktor Ianoukovitch a promis de retourner en Ukraine lorsque sa sécurité serait assurée afin de «poursuivre (sa) lutte pour l'avenir de (son) pays».   

Aucun regret. Viktor Ianoukovitch n'a pas exprimé de remords concernant les assauts contre Maïdan. Il est revenu sur la situation de «chaos et de terreur», après les sanglants affrontements qui ont fait près de 82 morts la semaine dernière à Kiev. Le président déchu a dit ne pas avoir donné l'ordre de tirer sur les protestataires, mais a évoqué la «légitime défense» pour excuser les Berkout ou policiers ayant pris les armes. Ianoukovitch a fait l'apologie de ces hommes «courageux». Le politicien s'est par ailleurs excusé auprès des Ukrainiens, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant