Ukraine : Hollande évoque «le recours à des sanctions» contre Moscou

le
6
Ukraine : Hollande évoque «le recours à des sanctions» contre Moscou
Ukraine : Hollande évoque «le recours à des sanctions» contre Moscou

Des airs de guerre froide. Alors que les Ukrainiens et les Occidentaux craignaient une opération militaire russe de grande envergure en Crimée, Vladimir Poutine est enfin sorti de son silence mardi. Dénonçant un «coup d'Etat» contre Vitkor Ianoukovitch, le président russe a toutefois estimé que l'envoi de troupes russes n'était «pas nécessaire pour le moment». La Russie se réserve le droit de recourir à «tous les moyens» afin de protéger «ses» citoyens en Ukraine, a-t-il néanmoins prévenu, avant de prôner le droit à l'autodétermination de la Crimée, qui compte 60% d'habitants d'origine russe. Accusé de toutes parts d'avoir déjà déployé des troupes sur le sol ukrainien, le leader russe s'en est défendu -sans convaincre - en évoquant «des forces locales d'auto-défense».

Après plus de trois mois de crise politique dans l'ex-république soviétique aboutissant à la destitution du président Viktor Ianoukovitch, la prise de contrôle de la plus grande partie de la Crimée par des forces russes ont provoqué des tensions inédites depuis la chute de l'URSS entre Moscou et les pays occidentaux. Placés sur la défensive, ces derniers cherchaient ce mercredi la meilleure stratégie face à la Russie, entre dialogue et fermeté, pour enclencher une «désescalade» de la crise ukrainienne. Le ton est toutefois monté en deuxième partie de journée, Washington - qui a suspendu «tous les liens militaires» avec Moscou - accusant carrément la Russie de «chercher un prétexte» pour «envahir» l'Ukraine. François Hollande a dénoncé de son côté «des événements d'une gravité exceptionnelle qui rappellent un temps que l'on croyait révolu».

Des aides ont par ailleurs été proposées au gouvernement de transition. De Kiev, le secrétaire d'Etat américain John Kerry, a promis une aide d'un milliard de dollars dans le cadre d'un prêt international. L'UE, elle, va aider Kiev à régler sa dette pour le gaz russe. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mfouche2 le mercredi 5 mar 2014 à 09:23

    le gugusse qui nous tient lieu de president noublie que 2 choses 1. beaucoup d entreprises francaises ont d énormes interêts en Russie. Quadviendrait il en cas de conflit économique avec Poutine ?2. La Russie est un pays trés riche, un partenaire , et un immense marché pour les pays européens. Angela Merkel , elle, a parfaitement intégré cet aspect et a une approche beaucoup plus nuancèe et diplomatique que celle de notre ventilateur national.

  • M9095115 le mercredi 5 mar 2014 à 00:56

    ça y est notre clown se réveille.Les derniers sondages étaient à 16%.Attendons les prochains sondages.

  • NYORKER le mardi 4 mar 2014 à 21:26

    France : L'Allemagne dégage un excédent commerciale !!! France et on parle de l'Allemagne comme Ukraine et c'est la Russie qui tire un missile dont on parle !

  • M601364 le mardi 4 mar 2014 à 17:22

    Et la mienne!!!!!!!!!!!

  • Berg690 le mardi 4 mar 2014 à 17:15

    Payer le gaz de l'Ukraine ... demandez à l'Allemagne et à la Pologne.

  • Onclefil le mardi 4 mar 2014 à 14:02

    FAUX pas de tir !