Ukraine : face à face tendu dans le centre de Kiev

le
0
Ukraine : face à face tendu dans le centre de Kiev
Ukraine : face à face tendu dans le centre de Kiev

La situation reste critique en Ukraine, où les manifestants pro-européens redoutaient un nouvel assaut des forces de l'ordre. La veille, les affrontements ont fait cinq morts et des centaines de blessés. Ce jeudi matin, opposants et policiers étaient engagés dans un face à face tendu, séparés par une barricade de pneus enflammés. Plusieurs dizaines de manifestants, portant souvent des casques de chantier ou de moto, étaient rassemblés rue Grouchevski, derrière ce mur de flammes et de fumée, lançant épisodiquement pierres ou cocktails Molotov. Des déflagrations se faisaient parfois entendre, apparemment dues à des tirs par les forces de l'ordre de grenades assourdissantes ou lacrymogènes.

Dans ce contexte de guérilla urbaine, le président russe Vladimir Poutine tente d'apporter une note d'apaisement, alors qu'il est lui-même confronté à plusieurs polémiques autour des Jeux Olympiques de Sotchi. «Nous ne pensons pas avoir le droit d'intervenir dans les affaires intérieures de l'Ukraine de quelque manière que ce soit , déclare son porte-parole Dmitri Peskov, dans une interview publiée sur le site du quotidien populaire Komsomolskaïa Pravda. C'est absolument inacceptable pour nous de nous ingérer dans les affaires intérieures (NDLR. d'un autre pays).

L'«ingérence étrangère» est «évidente» pour la Russie

Selon Dmitri Peskov, la Russie est «convaincue» que les autorités ukrainiennes «savent ce qu'il faut faire et trouveront la meilleure solution pour faire revenir la situation à la normale et rétablir la paix». Le porte-parole de Vladimir Poutine déplore par ailleurs «l'ingérence étrangère» dans la crise en Ukraine, qu'il qualifie d'«évidente». «Nous ne pouvons pas comprendre les ambassadeurs des pays étrangers travaillant à Kiev, qui disent ce que doivent faire les autorités en Ukraine, et d'où elles doivent retirer leurs troupes et la police», indique-t-il , sans autres précisions. «Bien ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant