Ukraine : explosion d'un dépôt d'armes à feu, Kiev parle de « sabotage »

le
0
Ukraine : explosion d'un dépôt d'armes à feu, Kiev parle de « sabotage »
Ukraine : explosion d'un dépôt d'armes à feu, Kiev parle de « sabotage »

L'explosion a réduit en fumée 138.000 tonnes de munitions. Dans la nuit de mercredi à jeudi, un incendie s'est déclaré dans un dépôt d'armes et de munitions à l'est de l'Ukraine, près de la zone rebelle. Le feu a déclenché une série d'explosions dans cette petite ville de Balaklïïa. Dans la journée, l'incendie continuait de faire rage et « l'évacuation des habitants dans un rayon de 5 km (était) en cours », selon une agence de presse ukrainienne. 

 

 

Ce matin, plus de 19.000 habitants avaient déjà été évacués, selon un haut responsable du ministère des Situations d'urgence, précisant que l'opération se poursuivait. Les secours ont dépêché sur place 55 camions-citernes et plus de 600 secouristes, pompiers et forces de l'ordre, selon un communiqué du ministère des Situations d'urgence. Mais «à cause des explosions des munitions qui se prolongent, la lutte contre l'incendie est pour l'instant impossible», a affirmé le procureur Anatoli Matios.

 

Une enquête ouverte pour sabotage et négligence

 

Le Parquet militaire a ouvert une enquête pour sabotage mais également pour « négligence » mettant de facto en cause les soldats, a ensuite annoncé Anatolii Matios, le procureur militaire, lors d'une conférence de presse. Lors de premiers interrogatoires, des témoins ont affirmé « avoir observé le vol d'un appareil, semblable à un drone, et juste après des explosions ont commencé à deux endroits différents », a-t-il déclaré.

 

Les enquêteurs envisagent de fait la possibilité d'un « engin explosif largué par drone » sur l'entrepôt, a précisé lors d'un point-presse le ministre ukrainien de la Défense Stepan Poltorak. Le ministre a pointé du doigt Moscou et les séparatistes prorusses comme auteurs de ce « sabotage », alors que les autorités ukrainiennes entretiennent des relations très tendues avec la Russie qu'elles accusent de soutenir l'Est rebelle, ce que le pays ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant