Ukraine : Européens et Américains frappent l'économie russe

le
0
Ukraine : Européens et Américains frappent l'économie russe
Ukraine : Européens et Américains frappent l'économie russe

Il y avait eu les sanctions de «niveau 1», comme l'exclusion de la Russie du G8. Celles de «niveau 2», tel le gel des avoirs des proches du Kremlin. Ce mardi, l'Union européenne a opté pour la première fois pour les mesures économiques de «niveau 3».  Contre toute attente, les 28 de l'Union européenne ont réussi à se mettre d'accord sur un arsenal de sanctions économiques contre la Russie. Le but : contraindre le président Vladimir Poutine à cesser tout soutien aux entreprises de déstabilisation de l'Ukraine.

Marchés financiers bloqués, ventes d'armes interdites, sanctions de sociétés russes  

Véritable coup porté à Moscou, cet accord bloque l'accès aux marchés financiers de l'UE, interdit les ventes d'armes, de technologies sensibles dans le domaine de l'énergie et de biens à double usage militaire et civil. Toutefois les mesures prises par l'Europe ne seront pas rétroactives dans le domaine de la défense, permettant à la France d'honorer son contrat de vente de deux porte-hélicoptères Mistral à la Russie, au grand dam de pays comme la Lituanie.

L'UE a également décidé mardi de bloquer les avoirs de quatre hommes d'affaires russes proches du président Poutine. L'Union va aussi sanctionner trois sociétés dont une banque sur la base des mêmes accusations.

Les identités des personnes et des entités sanctionnées seront publiées mercredi au Journal Officiel de l'UE. L'accord doit par ailleurs être publié au Journal Officiel de l'UE pour entrer en vigueur. La liste noire de l'UE comprend déjà 87 personnes et 20 entités interdites de visas et dont les avoirs dans l'UE sont gelés.

Vladimir Poutine en ligne de mire

Dans le viseur de l'UE : le Président russe. Les Chefs d'Etat occidentaux ont en effet réitéré unanimement l'objectif de ces mesures : faire pression sur Vladimir Poutine afin qu'il ferme la frontière russo-ukrainienne (plus de 1 500 kilomètres). L'Europe veut également empêcher la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant