Ukraine: échange massif de prisonniers entre Kiev et les séparatistes

le , mis à jour le
11
Le président ukrainien Petro Porochenko (c) accueille les militaires ukrainiens libérés de captivité lors d'un échange massif de prisonniers avec des rebelles prorusses, le 27 décembre 2017 près de Bakhmut ( Service de presse de la présidence ukrainienne/AFP / Mikhail Palinchak )
Le président ukrainien Petro Porochenko (c) accueille les militaires ukrainiens libérés de captivité lors d'un échange massif de prisonniers avec des rebelles prorusses, le 27 décembre 2017 près de Bakhmut ( Service de presse de la présidence ukrainienne/AFP / Mikhail Palinchak )

Des centaines d'Ukrainiens ont accueilli dans la nuit de mercredi à jeudi à l'aéroport de Kiev plusieurs dizaines de militaires et civils libérés de captivité, lors d'un échange massif de prisonniers avec des rebelles prorusses.

Les autorités d'Ukraine et les séparatistes prorusses, qui contrôlent une partie de l'est du pays, avaient échangé plus tôt dans la journée plus de 300 prisonniers, dans une des plus importantes opérations de ce type en près de quatre ans de guerre.

Cet échange, juste avant le Nouvel An et le Noël orthodoxe le 7 janvier, constitue un rare progrès dans l'application des accords de paix de février 2015, qui ont permis une baisse d'intensité des combats, mais sans parvenir à un règlement politique du conflit qui a fait plus de 10.000 morts.

Echange de prisonniers entre Kiev et les séparatistes prorusses, le 27 décembre 2017 près de la ville uk
Echange de prisonniers entre Kiev et les séparatistes prorusses, le 27 décembre 2017 près de la ville ukrainienne de Gorlivka ( AFP / Aleksey FILIPPOV )

Brandissant des drapeaux ukrainiens et des bouquets de fleurs sur le tarmac, la foule a acclamé avec des applaudissements et aux cris de "Gloire à l'Ukraine! Gloire aux héros!" les prisonniers descendus de l'avion qui les a amenés à Kiev, selon des images retransmises en direct par plusieurs médias ukrainiens.

Leurs proches se sont ensuite jetés vers leurs biens-aimés, dont certains ont passé plus de trois ans en captivité.

"Salut, ma douce, tu vois, Papa est de retour", a dit au téléphone à sa fille un soldat ukrainien qui a passé 21 mois emprisonné par des séparatistes, tandis que son épouse le serrait dans ses bras en sanglotant.

Fruit de difficiles négociations impliquant le président russe Vladimir Poutine depuis plusieurs semaines, cette opération a concerné 73 prisonniers détenus dans les deux "républiques" autoproclamées par les rebelles et 233 détenus par les autorités de Kiev.

Auparavant, le président ukrainien Petro Porochenko, accompagné de l'ambassadeur de France en Ukraine, Isabelle Dumont, et d'un diplomate allemand, avait accueilli près de la ligne de front ces Ukrainiens sortis de captivité, avant de s'envoler avec eux à bord d'hélicoptères à Kharkiv, le grand centre régional sous contrôle de Kiev dans l'Est.

Retour de prisonniers ukrainiens près de la ville de Gorlivka, le 27 décembre 2017, dans le cadre d'un vas
Retour de prisonniers ukrainiens près de la ville de Gorlivka, le 27 décembre 2017, dans le cadre d'un vaste échange de détenus avec des séparatistes prorusses ( AFP / Anatolii STEPANOV )

"Mes chers, nous y sommes enfin parvenus", a déclaré le chef de l'Etat, vêtu en tenu camouflage, à l'aéroport de Kharkiv entouré de prisonniers fraichement libérés, dont certains ont déjà mis l'uniforme militaire et un drapeau ukrainien sur les épaules.

Ce premier échange de prisonniers depuis 15 mois entre les belligérants --et deuxième plus important depuis l'éclatement du conflit en 2014-- s'est déroulé près de Gorlivka, à une quarantaine de kilomètres au nord-est de la "capitale" séparatiste de Donetsk. Il a duré plusieurs heures.

- 'Nous sommes revenus' -

Plusieurs les prisonniers se trouvait Igor Kozlovski, un historien reconnu dont l'arrestation par les séparatistes il y a deux ans avait provoqué de l'émoi en Ukraine. "J'ai été arrêté pour ma position pro-ukrainienne", a déclaré à l'AFP cet homme de 63 ans, l'air fatigué, en attendant d'être remis aux autorités ukrainiennes.

"Nous sommes revenus", a-t-il ensuite déclaré avec émotion à l'aéroport de Kharkiv à côté du président Porochenko et devant des dizaines de soldats montant la garde d'honneur.

"Nous avons vécu des souffrances, des tortures et des maladies (...) mais nous avons constamment senti l'amour du peuple ukrainien", a poursuivi M. Kozlovski, drapeau ukrainien bleu et jaune autour des épaules.

La chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron dont les pays sont coparrains du processus de paix en Ukraine, ont salué l'échange dans un communiqué commun tout en appelant à poursuivre ce processus "pour les prisonniers restants" dont le nombre varie selon des sources.

La libération des prisonniers constitue un point clé des accords de paix de Minsk signés en février 2015 avec la médiation franco-allemande. Ces accords ont permis une baisse d'intensité des combats, mais leur volet politique est resté lettre morte.

L'opération de mercredi constitue une première étape dans un échange global de tous les prisonniers détenus par les deux camps.

Lors de la deuxième étape, dont la date n'a pas encore été annoncée, 29 prisonniers détenus par les séparatistes pourraient être échangés contre 74 personnes détenues par Kiev, a déclaré mercredi Viktor Medvedtchouk, un représentant de Kiev dans ces négociations qui est considéré comme proche de Vladimir Poutine.

Un communiqué du Parlement ukrainien publié mercredi fait état cependant d'une centaine de prisonniers détenus par les séparatistes.

Le conflit dans l'est de l'Ukraine oppose les forces gouvernementales à des séparatistes prorusses soutenus, selon Kiev et les Occidentaux, par la Russie qui dément. Il a contribué aux pires tensions entre la Russie et les Occidentaux depuis la Guerre froide.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Verorang il y a 3 semaines

    L'invasion de l'Ukraine peut reprendre avec la dictature de Poutine jusqu'en 2024. Etre voisin d'un pays gouverné par le FSB et une minorité d'oligarques maffieux au Kremlin n'est pas de tout repos comme en Géorgie, Moldavie etc

  • mlaure13 il y a 3 semaines

    Autrement dit: je t'aime ...moi non plus...;-)

  • M5626052 il y a 3 semaines

    Ces méchants séparatistes prorusses qui veulent faire comme les catalans ! Porochenko // Rajoy même combat !

  • rraclot il y a 3 semaines

    J'espère que l'on pourra encore ,vendre des bateaux aux russes maintenant que la paix n'est plus menacée en Europe !?

  • rraclot il y a 3 semaines

    Il semblerait que ( sur ce coup .. ! ) Trump soit meilleur qu'Obama ! Qu'en pensez-vous ?

  • rraclot il y a 3 semaines

    Les interventions et les prises de position " européenne " n'ont fait qu'envenimer la situation ! Heureusement aujourd'hui, sans nos conseils, tout va mieux !!

  • guerber3 il y a 3 semaines

    L ' Amérique a toujours besoin d' ennemis pour rester le gendarme du monde et vendre des armes : la CIA en Ukraine, un vrai gâchis U.S....!

  • charleco il y a 3 semaines

    Le SBU (la guessetapeau de Kiev) emprisonne des gens et les torture pour extorquer des "aveux" sous contrainte.

  • charleco il y a 3 semaines

    "Echange massif"!! ils ne comptent pas ceux qui restent. C'est 5 milliards qui ont été dépensés par les USA pour fomenter la guerre (dixit Victoria Nuland, la déléguée US).

  • delapor4 il y a 4 semaines

    Les USA ont dépensé 4 milliards de dollars pour déclencher cette guerre civile. C'est eux qui l'ont dit.