Ukraine : échange géant de prisonniers entre Kiev et les séparatistes

le
0
Ukraine : échange géant de prisonniers entre Kiev et les séparatistes
Ukraine : échange géant de prisonniers entre Kiev et les séparatistes

C'est le plus important depuis le début du conflit en avril dernier. Un important échange de prisonniers s'est déroulé dans l'obscurité de la nuit de vendredi à samedi entre le pouvoir de Kiev et les forces séparatistes dans l'est de l'Ukraine. Le président Petro Porochenko a ainsi accueilli à l'aube 145 militaires ukrainiens récupérés contre 222 rebelles prorusses dans le cadre d'un accord conclu cette semaine à Minsk. Le reste des négociations est en revanche dans l'impasse.

Cet échange massif doit s'achever ce samedi avec la remise de quatre autres militaires détenus dans la république séparatiste de Lougansk. Dans la nuit, le gros de l'opération s'est déroulé dans le calme. Un seul incident a a priori émaillé l'échange: alors qu'à l'origine il devait y avoir 146 soldats rendus, l'un d'eux a refusé de rentrer à Kiev arguant qu'il était d'origine russe et désapprouvait les actes de l'armée ukrainienne dans l'est du pays.

Les pourparlers au point mort

«En tant que président et citoyen, je suis ravi que vous puissiez fêter le Nouvel An avec vos familles comme je l'ai promis», s'est tout de même félicité Petro Porochenko. «Malheureusement tous ne sont pas encore rentrés. Quatre de vos camarades reviennent (samedi). On n'abandonnera personne», a-t-il assuré.

Les pourparlers, eux, sont au point mort. La poursuite des négociations était normalement prévue vendredi à Minsk (Biélorussie) mais n'a pas eu lieu. Les différentes parties s'accusent mutuellement de vouloir saper les accords de paix. Les insurgés réclament surtout la reprise du financement des zones sous leur contrôle coupé par Kiev à la mi-novembre et un «statut spécial» donnant plus d'autonomie aux régions de Donetsk et de Lougansk. Un statut initialement prévu par les accords signés à Minsk en septembre. Mais selon Kiev et les Occidentaux, les rebelles ont cassé ce pacte en organisant début novembre des élections dénoncées par la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant