Ukraine : diplomates et médias prennent leurs distances avec le pouvoir

le
0
Ukraine : diplomates et médias prennent leurs distances avec le pouvoir
Ukraine : diplomates et médias prennent leurs distances avec le pouvoir

Après le rejet d'une motion de défiance, mardi en milieu de journée, à l'encontre du gouvernement, entre vingt mille et trente mille Ukrainiens étaient réunis sur la place de l'Indépendance à Kiev, la capitale ukrainienne. «Je vous appelle à ne pas baisser les bras. Il nous faut un nouveau pouvoir», a lancé le boxeur Vitali Klitschko, l'un des leaders de l'opposition, alors que la contestation s'annonce plus longue et plus difficile.

Si seuls 186 députés ont soutenu la motion proposée par trois groupes de l'opposition, alors qu'une majorité de 226 voix était requise, les voix des diplomates, des députés, des fonctionnaires et des oligarques, jusqu'ici alliés du président Viktor Ianoukovitch, se sont fait entendre, condamnant la répression sans précédent des manifestants pro-européens à Kiev le week-end dernier. Le chef d'Etat avait reconnu lundi que les forces de l'ordre étaient «allées trop loin».

Des diplomates condamnent les violences

Ainsi le consul ukrainien à Istanbul (Turquie), Bogdan Iaremenko a été rappelé par le ministère ukrainien des Affaires étrangères. Il n'avait pas ménagé ses mots en comparant les agissements des troupes antiémeutes contre les manifestants à ceux de «nazis». Le représentant de l'Ukraine à l'ONU Iouri Sergueïev s'est aussi désolidarisé lundi du pouvoir en estimant que le recours à la force avait porté atteinte aux droits constitutionnels des Ukrainiens. L'ambassadeur d'Ukraine en Pologne Markian Malski estime pour sa part que l'usage de la force était «inacceptable et incompatible avec les normes d'un pays démocratique».

Le premier secrétaire de l'ambassade ukrainienne au Canada avait écrit, samedi sur son compte Facebook, qu'il ne «faisait plus partie des fonctionnaires d'Etat ukrainiens» après les violences sur Maïdan.

A Kiev, le chef de l'administration présidentielle Serguï Levotchkine a donné sa démission qui n'a toutefois pas été acceptée. Au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant