Ukraine : depuis Bakou, Hollande dénonce des référendums «nuls et non avenus»

le
2
Ukraine : depuis Bakou, Hollande dénonce des référendums «nuls et non avenus»
Ukraine : depuis Bakou, Hollande dénonce des référendums «nuls et non avenus»

Après son déplacement en Allemagne, chez Angela Merkel, le président français François Hollande est arrivé ce dimanche à Bakou, capitale de l'Azerbaïdjan, pour une tournée de trois jours dans le Caucase du Sud, qui a les yeux rivés sur les développements de la crise en Ukraine. Sitôt arrivé, le chef de l'Etat a dénoncé de «vraies-fausses» consultations «nulles et non avenues», alors qu'il était interrogé sur le référendum organisé par les séparatistes pro-russes à Donetsk et Lougansk. «La seule élection qui vaudra» sera l'élection présidentielle du 25 mai en Ukraine, a-t-il souligné.

Après l'Azerbaïdjan où il a atterri à 18 heures (15 heures en France), le chef de l'État français se rendra lundi en Arménie puis mardi en Géorgie. La France entend doper ses échanges économiques balbutiants avec ces trois ex-Républiques soviétiques dont elle souhaite aussi encourager le rapprochement avec l'Union européenne. Mais la crise ukrainienne devrait dominer ce déplacement. Les trois jeunes États qu'il visitera d'ici à mardi entretiennent des relations complexes et parfois conflictuelles avec la Russie de Vladimir Poutine qui s'agace de voir l'Union européenne les courtiser tout comme elle s'est opposée à son rapprochement avec Kiev.

Pas un travail «contre la Russie»

Les relations russo-géorgiennes, en particulier, ont été sérieusement mises à mal par la guerre éclair qui avait opposé les deux pays en 2008. Un cessez-le-feu, négocié par Nicolas Sarkozy alors que la France assurait la présidence tournante de l'Union européenne, avait mis fin au conflit. Mais dans la foulée, Moscou avait reconnu l'indépendance de deux territoires séparatistes géorgiens pro-russes, l'Ossétie du Sud et l'Abkhazie.

«Nous ne concevons pas le travail de rapprochement avec l'Union européenne comme un travail mené contre la Russie», soulignait-on à la présidence française à la veille de cette tournée, estimant que ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Berg690 le dimanche 11 mai 2014 à 19:37

    Pauvre François le référendum est bel et bien avenu, et ses conséquences ne seront pas nulles.

  • Berg690 le dimanche 11 mai 2014 à 19:35

    Il existe un principe en diplomatie française: ne pas faire de déclarations de l'étranger.