Ukraine : comment Poutine perturbe la présidentielle

le
6
Ukraine : comment Poutine perturbe la présidentielle
Ukraine : comment Poutine perturbe la présidentielle

Des élections sous tension. La question de la légitimité et de la tenue d'élections présidentielles, le 25 mai en Ukraine, se pose de manière pressante vue la situation de guerre civile larvée dans le pays et au fur et à mesure que l'échéance approche. Kiev a d'ailleurs demandé mardi le soutien de l'Occident pour la surveillance et l'organisation de ce scrutin. D'ici là, des référendums sur l'autodétermination de certaines régions doivent avoir lieu. Ce mercredi, le président russe Vladimir Poutine rencontre le président de l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) pour évoquer la situation ukrainienne et notamment les élections présidentielles.

Rencontre Poutine - Burkhalter. Vladimir Poutine reçoit mercredi matin le président en exercice de l'OSCE, le Suisse Didier Burkhalter, qui a appelé à un «cessez-le-feu» dans l'est de l'Ukraine pour permettre la tenue de la présidentielle du 25 mai. La Russie, qui refuse de reconnaître les autorités provisoires de Kiev, a déjà fait savoir qu'elle jugeait «absurde» de tenir des élections dans le contexte actuel de violences. Didier Burkhalter doit discuter avec Vladimir Poutine de la mise en place de tables rondes, sous l'égide de l'OSCE, afin de faciliter un dialogue national entre Kiev et les séparatistes pro-russes qui contrôlent en partie l'Est du pays. «Le gouvernement ukrainien est engagé à tenir l'élection présidentielle à la date prévue», a affirmé le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Andriï Dechtchitsa.

Un référendum décrié. Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, a dénoncé l'organisation annoncée par des séparatistes pro-russes, dans l'Est de l'Ukraine, d'un référendum le 11 mai, dans les villes de Lougansk et Donetsk, sur un rattachement à la Russie. «Nous n'allons pas rester les bras ballants pendant que des éléments russes attisent les flammes de l'instabilité», a-t-il déclaré, qualifiant le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • wanda6 le mercredi 7 mai 2014 à 13:25

    https://www.youtube.com/watch?v=ev99TZWqX9Y

  • wanda6 le mercredi 7 mai 2014 à 13:24

    https://www.youtube.com/watch?v=0G-YxCh-OXw

  • buxtehud le mercredi 7 mai 2014 à 12:50

    M268 : encore un volontaire en fauteuil pour aller se battre ...C'est vrai , les Rosses en bave : Stalingrad n'est pas très loin ! Tu y va Du Glande ?.

  • Berg690 le mercredi 7 mai 2014 à 11:47

    M268 pour relancer l'economie....une bonne guerre dis-tu?

  • LeRaleur le mercredi 7 mai 2014 à 11:14

    J'aime mieux la binette à Poutine que celle d'Obama et ses larbin d'UE.

  • M2687570 le mercredi 7 mai 2014 à 08:37

    Je préfère encore la tronche à H.ollande ! Ptet bien que la future guerre sera un moyen de relancer l'industrie en france ! Le Poutine est prêt à tout pour garder sa place, envoyer ses troupes au casse-pipe ne lui fera ni chaud ni froid ! Les russkofs n'ont donc pas fini d'en baver quelque soit le scénario