Ukraine : cinq millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire

le
7
Ukraine : cinq millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire
Ukraine : cinq millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire

Des «signes encourageants» de désescalade, mais une stabilisation de la situation encore incertaine : l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a noté des progrès ces derniers jours dans l'est ukrainien. Mais «nous sommes encore loin» de la pleine application des accords de paix de Minsk signés le 12 février, a estimé vendredi la présidente du Groupe de contact de l'OSCE sur l'Ukraine, Heidi Tagliavini. Sur le plan humanitaire, le coordinateur l'ONU en Ukraine évoque une «situation très sombre» dans les zones tenues par les séparatistes, en lançant un appel à contribution à Bruxelles.

Mais alors qu'aucun décès n'avait été enregistré pendant deux jours, l'armée ukrainienne a fait état vendredi de trois soldats tués et sept blessés en 24 heures.Tous les regards sont désormais tournés vers Marioupol, port stratégique sur la mer d'Azov et dernière grande ville de l'Est rebelle sous contrôle de Kiev où l'armée ukrainienne dénonce depuis des jours une concentration de troupes ennemies et le survol de drones. Le Conseil de sécurité de l'ONU tient une réunion d'urgence ce vendredi sur le conflit qui a fait 5.800 morts en dix mois.

«Un besoin désespéré de médicaments», selon l'ONU. Le coordinateur pour l'aide humanitaire de l'ONU en Ukraine, Neal Walker, de passage à Bruxelles pour inciter les institutions européennes à contribuer à un nouvel appel de fonds de 316 millions de dollars lancé cette semaine, a estimé vendredi que 4,7 millions de personnes se trouvant en territoire séparatiste, dans les zones de combats ou à leur proximité immédiate, ont besoin d'aide. Il faut construire «des abris d'urgence», des équipements sanitaires, raccorder l'eau et «il y a un besoin désespéré de médicaments».  «Il nous faut aussi vérifier que l'aide va seulement aux personnes vulnérables et à personnes d'autres», a-t-il poursuivi. «Ces gens ont vécu dans des circonstances ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2931816 le vendredi 27 fév 2015 à 23:31

    En outre les blindés qui traversaient la frontière russo ukrainienne n'existaient pas puique Vladimir a démenti leur existance.Votre crédulité béate de tout ce qui se dit à radio Moscou fait de vous un fervent admirateur du système;c'est plus prudent si vous allez de temps en temps à Moscou,car les opposants se font "flinguer en pleine rue.sans commentaires.

  • M2931816 le vendredi 27 fév 2015 à 23:26

    Berg690,il n'ya pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre ni pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.Les camions d'aide humanitare contenaient selon toute vraisemblance également des munitions;c'est pour cela que personne d'indépendant n'a pu vérifier leur contenu.

  • Berg690 le vendredi 27 fév 2015 à 22:43

    M293 tout à l'envers. 19 convois d'aide humanitaire, mais pas d'armes ni de soldats russes.

  • M2931816 le vendredi 27 fév 2015 à 22:18

    Pourquoi une contribution de Bruxelles pour aider les séparatistes ? Moscou fournit des armes et des combattants mais pas d'aide humanitaire à ces chers séparatistes russophones ?

  • patr.fav le vendredi 27 fév 2015 à 15:19

    l'information ne va que dans un sens!!!!!

  • patr.fav le vendredi 27 fév 2015 à 15:19

    l'information ne que dans un sens!!!!!

  • LeRaleur le vendredi 27 fév 2015 à 14:44

    Et de l'autre côté, y'a pas de morts ?