Ukraine : ces manifestants passés des barricades au gouvernement

le
0
Ukraine : ces manifestants passés des barricades au gouvernement
Ukraine : ces manifestants passés des barricades au gouvernement

Ils ont tous un point commun, ce sont des résistants. Les nouveaux ministres du gouvernement de transition ukrainien, approuvé ce jeudi par la Rada, le parlement, n'étaient a priori pas promis à  la politique. Il y a une semaine à peine ces médecins, journalistes, militants, universitaires ...  combattaient dans les rues de Kiev pour provoquer le renversement de régime. Aujourd'hui ils occupent différents portefeuilles, davantage pour ce qu'ils incarnent que pour leur expérience. Au pouvoir jusqu'au 25 mai prochain, date de la présidentielle anticipée, ces jeunes loups auront de nombreux défis à relever dans une Ukraine financièrement au bord du gouffre et en proie, dans certaines régions, aux tentations sécessionnistes. 

Le médecin de la «révolte de pavé» à la Santé. Oleg Moussii prend la tête du ministère de la Santé. Cet Ukrainien de 48 ans avait la lourde charge de diriger le service médical de l'opposition. L'anesthésiste a organisé la mise en place des hôpitaux clandestins au coeur de Kiev pour soigner les milliers de blessés. Il avait  été rejoint par des étudiants en médecine.

Dmytro Boulatov. Capture d'écran

Le martyr de la révolution ministre des Sports. Dmytro Boulatov devient à 35 ans, le ministre de la Jeunesse et des Sports. Son visage tuméfié et ensanglanté a fait le tour de la toile. Mi-janvier, ce militant actif avait été enlevé et torturé pendant une semaine. Ses ravisseurs, pour l'heure toujours inconnus, l'avaient relâché le 30 janvier. L'Ukrainien avait raconté sa détention face caméra. Il avait par la suite été autorisé à se rendre en Lituanie pour recevoir des soins médicaux à la suite des pressions des Occidentaux.

La tribun de Maïdan à la Culture. Evguen Nichtchouk, est devenu à 41 ans le ministre de la Culture. Tout au long du mouvement, cette figure de Maïdan est montée sur la tribune au centre de la place de l'Indépendance. Le 18 février, la nuit de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant