Ukraine : Bruxelles et Washington dégainent leurs sanctions contre Moscou

le
5
Ukraine : Bruxelles et Washington dégainent leurs sanctions contre Moscou
Ukraine : Bruxelles et Washington dégainent leurs sanctions contre Moscou

C'est une réponse sans surprise de l'Occident. Moins de 24 heures après le référendum en Crimée, au cours duquel 97% des habitants de cette région autonome d'Ukraine ont plébiscité un rattachement à la Russie, les sanctions tombent contre Moscou et certains responsables Ukrainiens, dont le «Premier ministre» de Crimée. Ces derniers sont accusés par les pays de l'ouest d'avoir influencé la tenue d'un référendum «contraire à la Constitution ukrainienne, illégal et illégitime». Les Occidentaux reprochent également à Moscou «l'annexion» annoncée de la Crimée. Pour l'heure, quelque 20 000 soldats russes sillonnent toujours la péninsule. D'autres seraient en route pour la frontière russe. Signe d'une tension croissante, l'Ukraine a rappelé son ambassadeur en Russie, ce lundi.

Le «Premier ministre» de Crimée sanctionné par l'UE. Le «Premier ministre» de Crimée, Sergueï Axionov, a été sanctionné parce qu'il a «mené une campagne active en faveur de l'organisation du "référendum" du 16 mars», précise le Journal Officiel de l'Union européenne en détaillant la liste des 21 personnes concernées.

Un autre dirigeant séparatiste, Vladimir Konstantinov, est également sanctionné pour avoir «appelé les électeurs à voter en faveur de l'indépendance de la Crimée», souligne-t-il. Six autres responsables criméens sont concernés, dont le maire de Sebastopol et l'amiral Denis Berezovski, commandant en chef de la marine ukrainienne, qui avait annoncé le 2 mars qu'il prêtait allégeance aux autorités pro-russes de Crimée.

Parmi les 13 Russes sanctionnés figurent trois responsables militaires actifs en Crimée, dont le commandant de la Flotte de la mer Noire, Alexandre Vitko.

La France «pourra envisager» d'annuler

la vente de bateaux de guerre à la Russie

La France «pourra envisager» d'annuler la vente de navires militaires français Mistral à la Russie «si Poutine continue ce qu'il fait» en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • clausfer le mardi 18 mar 2014 à 08:32

    Vont encore passer pour des nases. A force de se mêler de ce qui ne les regarde pas...

  • perkele le mardi 18 mar 2014 à 08:13

    Il va falloir trouver un nouveau client qui voudrait du Mistral russe presque fini.

  • v.sasoon le lundi 17 mar 2014 à 19:19

    Boycottons ce qui vient du pays qui souriens les purschiste contre la democratie.Boycottons, les macdonalds, le cocacola, les iphones, halte a Google qui est espionné par la nsa..Utilisons comme moteur de recherche yandex.com

  • M4960905 le lundi 17 mar 2014 à 17:27

    Dégainez à votre aise , Poutine s'en fout.L'Europe n'a pas protesté quand le référendum français rejetait Maastrich et que le parlement l'a adopté quand même.

  • charleco le lundi 17 mar 2014 à 16:57

    Avec les deux pieds dans l'OTAN, il ne nous reste plus qu'à ramper derrière OBAMA. Les Us ont empêché un rapprochement entre la Russie et l'Europe, maintenant, on retourne aux années 50. On a tout à perdre de rester à la botte des US, il ne fallait pas revenir dans l'OTAN. Poutine est plus malin que nous, nous sommes des nains arrogants et gesticulants.