Ukraine : au téléphone avec Poutine, Hollande insiste sur une «transition pacifique»

le
3
Ukraine : au téléphone avec Poutine, Hollande insiste sur une «transition pacifique»
Ukraine : au téléphone avec Poutine, Hollande insiste sur une «transition pacifique»

L'ex-opposition, désormais aux manettes en Ukraine, traite déjà les dossiers chauds. Un mandat d'arrêt pour «meurtre de masse» de civils contre le président déchu Viktor Ianoukovitch, porté disparu depuis samedi, a été lancé par un ministre provisoire de l'Intérieur. Les rumeurs vont bon train. L'une d'elles insinue qu'il aurait embarqué à bord d'un navire militaire russe à Sébastopol, selon le «Spiegel» qui n'accrédite pas particulièrement cette thèse. Le Parlement devrait nommer mardi un Premier ministre et un gouvernement de transition, sur fond d'échanges diplomatiques avec les Occidentaux à Kiev. 

Les Finances ont, pour leur part, annoncé que l'Ukraine, menacée par un défaut de paiement, pourrait avoir besoin de 35 milliards de dollars (environ 26,5 milliards d'euros) d'ici les deux prochaines années. De son côté, la Russie refuse de reconnaître la légitimité du nouveau pouvoir et en menace le pays de mesures de rétorsions économiques.

Face à Poutine, Hollande prône un «gouvernement de large rassemblement». Dans un entretien téléphonique, François Hollande a insisté lundi auprès du président russe Vladimir Poutine sur «la nécessité d'une transition pacifique» en Ukraine et «l'importance de veiller à l'unité et à l'intégrité territoriale du pays».  Il a aussi souligné que «la formation attendue d'un gouvernement de large rassemblement doit permettre d'organiser l'élection présidentielle et d'engager les réformes indispensables» dans ce pays. «Tout doit être fait pour qu'une aide financière soit apportée dans cette période difficile à l'Ukraine pour accompagner la modernisation économique», a-t-il poursuivi. «L'Union européenne et la Russie doivent travailler ensemble en ce sens», a demandé François Hollande qui a convenu avec Vladimir Poutine de «poursuivre leur consultations».

Timochenko partira se faire soigner en Allemagne

Comme le lui avait proposé la chancelière ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jean.e le lundi 24 fév 2014 à 21:52

    ben quoi il a raison on va pas mettre l urkraine a feux et a sang pour faire plaisir a poutine ou a obama

  • LeRaleur le lundi 24 fév 2014 à 21:22

    « Il insiste ». La grenouille qui veut...

  • M1310580 le lundi 24 fév 2014 à 17:41

    Notre cher sinistre LF pense quoi, que les russes vont mettre la main au portefeuille pour aider ce pays qui se tourne vers l'Europe, risible !