Ukraine : 64 militaires ukrainiens tués depuis la trêve selon Kiev

le
0
Ukraine : 64 militaires ukrainiens tués depuis la trêve selon Kiev
Ukraine : 64 militaires ukrainiens tués depuis la trêve selon Kiev

Soixante-quatre militaires ukrainiens ont été tués dans l'est séparatiste pro-russe du pays depuis l'instauration du dernier cessez-le-feu le 15 février, a annoncé lundi le président de l'Ukraine Petro Porochenko. 

«64 militaires ont péri depuis le 15 février», date de l'entrée en vigueur de la trêve dans le cadre des accords de paix de Minsk 2 signés après la médiation du président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel avec la participation du président russe Vladimir Poutine. Depuis le début du conflit il y a il y a près de onze mois, 1 549 militaires ukrainiens ont été tués, a ajouté Petro Porochenko lors d'un entretien avec la télévision publique ukrainienne. Selon l'ONU, le conflit dans l'est de l'Ukraine a fait plus de 6 000 morts, principalement des civils.

Preuve que l'accord de cessez-le-feu est au bord de la rupture, l'armée ukrainienne a également accusé lundi les rebelles d'avoir déclenché une attaque à l'aide de chars et de mortiers près du port stratégique de Marioupol, au sud de la ligne de front. Dans un communiqué, les militaires ont affirmé que l'attaque visait le village de Chirokiné, situé 10 kilomètres à l'est de Marioupol, dernière grande ville contrôlée par Kiev dans l'Est rebelle.

«Violation grossière» des accords de Minsk 2

La prise de Marioupol serait une étape clé dans la création d'un pont terrestre entre la Russie et la péninsule ukrainienne de Crimée, annexée il y a un an par Moscou, mais très dépendante de l'Ukraine pour satisfaire ses besoins vitaux. «En utilisant des mortiers de 120 mm, des chars et des unités d'infanterie, les rebelles cherchent à évincer nos unités de Chirokiné», a indiqué l'armée ukrainienne dans un communiqué, dénonçant une «violation grossière» des accords de Minsk.

Parallèlement, le commandant des troupes de l'Otan en Europe, Philip Breedlove a dénoncé la «militarisation» de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant