Ukip et FN : l'impossible alliance

le
1
Une affiche de Ukip, le mouvement nationaliste et populiste britannique.
Une affiche de Ukip, le mouvement nationaliste et populiste britannique.

Si le Parlement européen reste majoritairement europhile à la suite des élections de ce dimanche 25 mai, les partis europhobes gagnent un terrain considérable. Le Front national (FN) en France et le Parti pour l'indépendance du Royaume-Uni (Ukip) ont tous deux réalisé des scores jusque-là jamais atteints. De quoi renforcer les relations entre les deux partis ? Pas vraiment. Les mouvements europhobes ont des origines très diverses et sont donc divisés. Et entre l'Ukip et le FN, les relations sont loin d'être au beau fixe. Pourtant dans une interview accordée à la BBC le 17 avril Marine Le Pen ne tarit pas d'éloges sur le parti de Nigel Farage, le leader de l'Ukip. Elle estime que ses idées sont "très similaires" aux siennes, et que Farage est "indéniablement un leader charismatique". La présidente du Front national lui propose clairement de collaborer avec elle. L'antisémitisme dans l'ADN du FN (Ukip) Mais Nigel Farage ne semble pas être de cet avis. Le Britannique "reconnaît le travail accompli par Marine Le Pen depuis sa nomination à la tête du FN", mais il dénonce le lourd héritage antisémite du Front national et sa vision "sociale" de l'économie. Un communiqué de l'Ukip fait savoir que le parti n'est "intéressé par aucune forme d'alliance" avec le FN, car "l'antisémitisme est dans [son] ADN". Ukip a préféré s'allier avec le souverainiste Dupont-Aignan et son mouvement Debout la République. Ces bisbilles entre mouvements...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mucius le mardi 27 mai 2014 à 19:24

    Les libéraux de l'UKIP n'ont aucune raison de s'allier avec les socialo-étatisants du FN. Bonne décision.