Ujkani : "Je n'avais jamais eu les larmes aux yeux pour un match"

le
0

Samir Ujkani est le capitaine de la sélection du Kosovo qui fait actuellement ses grands débuts dans une campagne de qualifications. Âgé de vingt-huit ans, et gardien de Pise en D2 italienne, il fut même un des tout premiers à la rejoindre il y a un peu plus de deux ans.

Il y a un peu plus de deux ans, tu avais alors quitté le sélection albanaise, et le sélectionneur, De Biasi, avait justifié ce choix par la présence de Berisha, un concurrent de taille pour le poste de titulaire dans les buts.
"Le président de la Fédé a tout fait pour me faciliter les choses et je lui en remercie"
Je n'ai jamais voulu répondre à cette interview, ce n'était pas le moment. Mon choix a été seulement familial et dépendait de l'histoire de mon pays. Comment ne pas comprendre que quelqu'un qui est né dans un pays et y a connu la guerre opte ensuite pour en porter les couleurs dès qu'il en a l'occasion. Un entraîneur ne peut se mettre en travers d'une telle décision. En revanche, le président de la fédé avait tout fait pour me faciliter les choses et je lui en remercie. Je pense que De Biasi craignait surtout que d'autres suivent mes pas.

Et ça a été le cas ?
Non, j'ai été le seul, plus tard, il y en a eu deux autres qui ont fait le même chemin, mais ils n'avaient jamais étrenné de cap avec l'Albanie, tout juste quelques convocations. J'ai vraiment pris ses propos comme une attaque personnelle.

Mais tu as perdu l'opportunité de disputer l'Euro...
Certes, mais ce choix, je l'avais fait avant le début des qualifications. J'ai loupé l'Euro et perdu le respect de beaucoup de personnes en Albanie, mais aujourd'hui je suis un homme heureux, personne ne peut m'enlever ça.

Tu veux dire que les supporters albanais n'ont pas compris ton choix ? Et le rêve de la grande Albanie qui inclut le Kosovo ?
La grande Albanie, on en parle tous, mais on doit regarder la réalité et la réalité est que le Kosovo existe. C'est un pays qui a une sélection qui fait partie de la FIFA. J'ai toujours dit à mon père que je n'hésiterai pas à une seconde à l'intégrer lorsqu'elle serait créée. Et en 2014, nous n'étions pas encore certains de participer aux éliminatoires des grandes compétitions.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant