UFF lance un fonds d'obligations mêlant haut rendement et subordonnées

le
0
(NEWSManagers.com) - Réitérant le principe d'offres de fonds obligataires basées sur un " effet d'aubaine" , l' Union Financière de France, en partenariat avec Edmond de Rothschild Investment Managers, a annoncé, mardi 24 mai, le lancement de UFF Context High Long terme. Dans ce cadre, sa commercialisation ne doit pas excéder un an ? la société pouvant stopper plus rapidement les souscriptions en fonction de son succès ? tandis que sa durée prévisionnelle est d'ores et déjà fixée ? à huit ans en l'occurrence.
Le fonds se caractérise par une nature hybride en étant composé à la fois d'obligations corporate de type " high yield" pour 70 % du portefeuille et d'obligations subordonnées financières pour le solde. C'est principalement sur cette seconde " poche" que joue l'effet d'aubaine. Pour ces titres émis par les banques et les compagnies d'assurance afin d'augmenter leurs fonds propres sans diluer leurs actionnaires, le changement de réglementation programmé d'ici à 2013 ? via Bâle 3 pour les banques et Solvabilité 2 pour les compagnies d' assurance - va modifier la donne. " Cela va obliger les établissements à revoir la structure de leurs capitaux propres" , explique-t-on chez Edrim, " et certaines dettes faisant office de quasi fonds propres émises par le passé à des conditions relativement chères pour l' émetteur seront probablement remboursées par anticipation. Cela va également créer un effet de rareté sur ces instruments, qui se traduira par une revalorisation progressive de leur prix" . L'objectif de la gestion est naturellement de profiter de ces opportunités via les 30 % consacrés aux obligations subordonnées.

A noter qu'Edrim estime l'univers de ces titres à environ 210 milliards d'euros mais entend se concentrer sur la moitié de cet ensemble, pour des raisons de sécurité, restreignant de facto le nombre d'émetteurs à 40. Autre point important : en termes de performances, ces titres affichent un rendement annuel compris entre 7 % et 10 % par an.
Concernant maintenant les titres " high yield" qui occuperont une part majoritaire du portefeuille, Edrim a relevé des fondamentaux solides avec un taux de défaut très faibles. De l'ordre de 1,03 % selon les estimations de Moody's à fin 2011 au niveau mondial. Autre point important : les niveaux des spreads actuels offrent une protection contre les défauts telle que, pour annihiler le rendement d'un portefeuille high yield représenté par l'indice Merill Lynch Euro HY à fin janvier 2011, ce dernier devrait subir plus de huit défauts explique t'on chez Edrim, avec un taux de recouvrement faible de 30 %.


Les deux catégories de titres obligataires présentes au sein du portefeuille affichent également des caractéristiques rassurantes compte tenu de leur faible corrélation avec l'évolution des taux. Or, le contexte actuel est clairement celui d'une hausse de l'inflation et d'une remontée des taux courts de la Banque centrale européenne qu'Edrim imagine plus élevés avant la fin de l'année de quelque cinquante points de base. A ce propos, interrogé par Newsmanagers au terme de la conférence consacrée à la présentation du fonds, Nicolas Schimel, directeur général de l'UFF a levé une partie du voile sur les intentions de sa société en matière de nouvel OPCVM : il pourrait s'agir d'un fonds indexé sur l'inflation...

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant