UFC-Que Choisir s'inquiète des ratés du jeu Diablo III

le
3
L'association demande à Blizzard de s'expliquer sur les pannes constatées par plus de 1700 joueurs en France.

Blizzard Entertainment, l'une des deux composantes d'Activision Blizzard, premier éditeur au monde de jeux vidéo, contrôlé à 61 % par Vivendi, est-il victime de son succès ? C'est l'argument avancé par l'éditeur pour expliquer les ratés notés par des joueurs pour s'adonner à Diablo III, qui nécessite d'être connecté à Internet.

Ces difficultés exaspèrent l'association de consommateurs UFC-Que Choisir qui envisage de «porter plainte dans quinze jours», selon les réponses rendues par Blizzard. «Un éditeur de jeu vidéo a une obligation de résultats. L'argument d'un "trop grand succès" n'est pas tolérable. L'éditeur pourrait facilement louer les ressources informatiques nécessaires auprès d'un prestataire de services. Nous avons reçu de nombreuses plaintes d'adhérents. Le 4 juin, nous avons décidé de lancer un appel à témoignages. Mardi soir, nous avions récupéré 1717 plaintes», précise Édouard Barreiro, directeur des études chez UFC-Que Choisir.

Le jeu pour PC Diablo III a séduit 6,3 millions de clients dans le monde depuis son lancement le 15 mai, dont 1,2 million d'abonnés de World of Warcraft ont reçu une copie gratuite. Le jeu d'aventures, vendu 60 euros, était très attendu. La précédente version, Diablo II, avait été lancée en l'an 2000.

Hôtel des ventes fermé

Pour sa défense, Blizzard explique: «Nos préparatifs pour le lancement de Diablo III n'ont pas suffi face à l'enthousiasme des joueurs. Par conséquent, beaucoup de joueurs ont rencontré certaines difficultés à se connecter dans les premiers temps. Nous suivons toujours de très près l'état général des serveurs et nous avons déjà pris de nombreuses mesures, comme des maintenances pour le déploiement de correctifs, afin de permettre à tous d'avoir une bonne expérience de jeu. Nous continuerons à travailler sans relâche pour fournir le meilleur niveau de service possible à nos joueurs. Suite à la mise en place de ces différentes mesures, les joueurs peuvent désormais se connecter et jouer à loisir.»

Mais UFC-Que Choisir s'élève également contre les mécanismes de protection contre la copie du jeu, qui interdit à un acquéreur du titre de le prêter à un ami. De plus, les joueurs doivent se connecter à Internet, car une partie du jeu se trouve en ligne, et pas sur le PC, déplore UFC-Que Choisir.

Il n'y a pas qu'UFC-Que Choisir qui se plaint. Les joueurs aussi. Ils déplorent que l'hôtel des ventes, intégré au jeu et sur lequel ils devraient pouvoir vendre aux enchères des biens virtuels contre de l'argent réel, ne soit toujours pas ouvert. Il devrait l'être aujourd'hui, avance l'entreprise qui confirme seulement l'ouverture cette semaine aux États-Unis.

LIRE AUSSI:

» Succès attendu pour Diablo III

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • stricot le mercredi 13 juin 2012 à 11:07

    Ce qui était explicable pour un jeu come WoW n'a pas de sens pour D3, hormis le fait que c'est le meilleur moyen d'éviter le piratage de masse et de vraiment vendre les jeux. Ce genre de setup est dû aux problèmes de coypright, tout simplement.

  • stricot le mercredi 13 juin 2012 à 11:07

    Ce n'est pas les FAI. Le jeu nécessite d'être en permanence connecté aux serveurs Blizzard même pour jouer en solo. Les personnages et les objets y sont stockés ainsi que le reste des données de sauvegarde. Le probleme n'est pas les FAI, c'est que Blizzard déconnecte ses serveurs de temps en temps pour maintenance, et quand leurs serveurs sont saturés on ne peut pas jouer, même en solo.

  • couronee le mercredi 13 juin 2012 à 09:15

    Risible. Si les prémisses sont exactes, on se demande ce qu'attend UFC-Sua Choisir pour attaquer en justice les FAI tout court.