UE : Paris et Berlin divergent sur la réforme des traités européens

le
0
La prééminence du duo Sarkozy-Merkel inquiète les partenaires européens. De son côté, la France réfute toute notion d'un «directoire Merkozy».

Où placer le curseur entre la nécessité d'une direction opérationnelle face à la crise de la zone euro et la prise en compte des aspirations démocratiques dans l'UE? Tandis que certains dans l'eurozone s'irritent de voir le duo franco-allemand gagner en importance, Paris réfute toute notion d'un «directoire Merkozy», selon l'expression forgée après les épisodes grec et italien, étroitement cogérés par le président de la République et la chancelière allemande. Les mises en demeure lancées par ce tandem à Georges Papandréou et à Silvio Berlusconi lors du récent G20 ont réveillé des craintes hégémoniques d'autant plus fortes que la pression politique a accompagné celle des marchés. Le recours avorté de Papandréou au référendum, qualifié à Paris d'«initiative désespérée», a fait vibrer des cordes sensibles dans les opinions publiques. L'initiative a suscité des questions -la légitimité et la représentativité dans l'UE...- sur lesquelles on p

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant