UE-Les sociaux-démocrates pour un recentrage sur la croissance

le
0

PARIS, 23 octobre (Reuters) - Une douzaine de dirigeants sociaux-démocrates réunis autour de François Hollande sont convenus jeudi de plaider auprès de la Commission européenne pour un agenda centré sur la croissance. A quelques heures du Conseil européen, le président français a défendu l'idée d'un respect des engagements de l'UE "avec le plus de flexibilité possible" et appelé les pays les mieux lotis du continent à être solidaires de ceux qui, comme la France, viennent seulement d'engager des réformes structurelles. "Ça doit être autour de la croissance que la nouvelle commission doit organiser son agenda", a dit François Hollande lors d'une déclaration à l'Elysée après la réunion. Il a invité à trouver "un contenu, des financements, des projets et un agenda" au plan d'investissements de 300 milliards d'euros voulu par le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, qui prendra ses fonctions le 1er novembre. Une autre réunion de sociaux-démocrates aura lieu avant le Conseil européen de décembre afin d'être "en proposition pour enrichir le contenu et la mise en oeuvre" de ce plan, a précisé François Hollande. Des pays comme la France et l'Italie sont dans le collimateur de la Commission pour avoir soumis des projets de budget 2015 non conformes aux règles. ID:nL6N0S54BB "La règle que nous avons fixée ensemble, c'est de respecter les engagements qui ont été pris mais avec le plus de flexibilité possible (...) Beaucoup de pays partagent cette même conception"", a dit François Hollande. Selon son entourage, le cas particulier français n'a pas été évoqué lors des débats : "Il ne s'agissait pas d'une discussion sur le budget français, mais bien sur la politique économique européenne". La réunion de l'Elysée s'est déroulée en présence d'une douzaine de dirigeants sociaux-démocrates dont le président du Parlement européen, Martin Schulz, la Première ministre du Danemark, Helle Thorning-Schmidt, et la future responsable de la diplomatie européenne, l'Italienne Federica Mogherini. Le président du Conseil italien, Matteo Renzi, était absent pour raison d'agenda, tout comme le ministre de l'Economie et leader du SPD allemand, Sigmar Gabriel, en déplacement aux Etats-Unis. (Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant