UE : la carte bancaire unifiée est enterrée

le
1
Les banques et Bruxelles n'ont pas trouvé d'accord sur le projet qui aurait créé un concurrent à Visa et à Mastercard.

Revers pour le projet d'unification des moyens de paiement en Europe. Les vingt-quatre grandes banques, issues de huit pays, qui planchaient sur la constitution d'une carte de paiement européenne homogène ont annoncé lundi qu'elles jetaient l'éponge. Cette carte unifiée pour tous les pays européens, d'initiative franco-allemande, avait pour ambition de concurrencer les réseaux Visa ou Mastercard. Sa mise en orbite supposait «une centaine de millions d'euros d'investissement», selon le président du projet, baptisé Monnet, Georges Pauget.

Une double contrainte est venue enterrer cette ambition, explique-t-il: «Le contexte actuel de grandes incertitudes économiques n'incite pas les banques à se lancer dans un lourd investissement. D'autant que la Commission européenne a refusé de revoir son accord sur les taux d'interchange.» Ce refus de Bruxelles de revenir sur le système mis en place pour Visa et Mastercard interdirait, selon les défenseurs du projet Monnet, l'émergence d'un troisième concurrent en Europe.

Les institutions membres du projet préconisaient l'instauration d'un système de rémunération des banques, qui serait fonction des services rendus. Elles souhaitaient associer dans une approche commune le titulaire de la carte, le commerçant ainsi que leurs deux banques. La Commission a préféré rester sur son modèle de commissionnement fixe.

Des virements européens

L'enterrement du projet Monnet porte un coup, peut-être fatal, à l'ambition européenne de constituer un marché du paiement bancaire homogène, où normes, systèmes de sécurité et circuits seraient unifiés. Aujourd'hui, les grands réseaux internationaux Visa et Mastercard auxquels sont affiliés les cartes domestiques, permettent aux Européens d'effectuer des paiements sans difficulté hors de leur pays d'origine, mais ils ne réalisent pas cette ambition de créer un acteur véritablement européen.

L'introduction d'une carte de paiement européenne est l'un des chantiers du vaste projet Sepa (Single Euro Payments Area, «Espace unique de paiement en euros»). L'objectif de Sepa est, à la suite de l'introduction de l'euro, d'offrir aux utilisateurs européens le moyen de réaliser leurs paiements sans difficulté partout sur le Vieux Continent.

Il s'agit dans la pratique de substituer à la juxtaposition des systèmes nationaux des instruments harmonisés. Après la monnaie unique, deux chantiers sont pour l'instant bien avancés: celui des virements et celui des prélèvements européens. Le virement Sepa a été mis en place depuis plusieurs années. Il peine encore à s'imposer dans les transactions domestiques mais est devenu référent pour les paiements transfrontières.

LIRE AUSSI:

» Le paiement sur smartphone décollera vraiment en 2012

» Le succès grandissant du paiement sur mobile

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pichou59 le mardi 24 avr 2012 à 09:43

    c'est très bien; cela fera aussi le jeu d'un autre américain : PAYPAL!!!