UE-Cameron appelle les Vingt-Huit à être "imaginatifs"

le , mis à jour à 21:16
0

PARIS, 28 mai (Reuters) - David Cameron a invité jeudi ses homologues européens à être "souples et imaginatifs" pour mettre en oeuvre la réforme de l'Union européenne qu'il souhaite voir avant un référendum sur le maintien du Royaume Uni dans l'UE d'ici fin 2017. Le Premier ministre conservateur a dit, après un entretien avec François Hollande à l'Elysée, qu'il avait reçu pour mandat de répondre aux inquiétudes des électeurs britanniques vis-à-vis de l'Union et que le statu quo n'était pas une option. Fort de sa victoire aux dernières élections législatives britanniques, il réclame notamment une modification des règles européennes sur les prestations sociales, pour endiguer ce qu'il qualifie de "tourisme social". "Ce qui importe, c'est que l'Union européenne et ses 28 membres soient assez souples et imaginatifs pour répondre à ces enjeux", a déclaré David Cameron à la presse. Le Premier ministre britannique, qui n'a jusqu'ici pas exclu de faire campagne pour une sortie du Royaume Uni de l'UE s'il n'a pas satisfaction, a pris soin de ne pas réitérer devant le chef de l'Etat français sa demande d'une révision des traités, une ligne rouge à Paris comme à Berlin. François Hollande n'a pas non plus évoqué cette question sensible mais il s'est montré disposé à négocier de façon pragmatique avec Londres. "David Cameron présentera ses propositions, nous les discuterons et nous verrons comment nous pouvons avancer pour que le peuple britannique puisse être consulté sur une base qui lui permette de faire le choix qui lui correspond", a-t-il dit. Plus tôt, le ministre français des Affaires étrangères avait usé d'un ton moins diplomatique et jugé "dangereuse" la volonté de David Cameron d'organiser un référendum sur l'appartenance de la Grande-Bretagne à l'UE. Laurent Fabius l'avait mis en garde contre toute velléité de "démembrer" l'Union. David Cameron, dont les propositions de réforme de l'UE ont reçu, de son propre aveu, un accueil réservé de la part de ses pairs européens, a entamé une tournée des capitales de l'Union pour défendre son projet. (Julien Ponthus, édité par Emmanuel Jarry)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant