UE-Ankara souhaite voir Paris débloquer un nouveau chapitre

le
3

PARIS, 28 octobre (Reuters) - Le déblocage par la France du chapitre 17 des négociations en vue de l'adhésion d'Ankara à l'Union européenne serait un "très bon signe", a déclaré mardi le ministre turc des Affaires européennes, trois jours avant la venue du président Recep Tayyip Erdogan à Paris. Ankara a entamé les négociations formelles d'adhésion en 2005 mais en raison de l'opposition de plusieurs membres de l'UE dont Chypre et la France, seuls 14 chapitres de négociations sur un total de 35 ont été ouverts à ce jour et un seul a été clôturé. "Je propose que le chapitre 17, politique monétaire et économique, puisse être ouvert, si vous pouvez le décider on pourrait l'ouvrir avant la fin de cette année", a dit Volkan Bozkir devant la commission des Affaires européennes de l'Assemblée nationale, à Paris. "Ce serait un très bon geste que d'ouvrir le chapitre 17 ou au moins retirer le blocage de la France sur le chapitre 17", a-t-il ajouté. "Nous nous féliciterions d'une telle annonce, ce serait un très bon signe de l'avancement de ce processus et ça démontrerait que la France fait de son mieux pour que ces négociations avancent". La France a levé en 2013 son blocage sur le chapitre 22 sur la politique régionale et s'est dite prête en octobre dernier à ouvrir les chapitres 23 et 24 qui couvrent les domaines des droits fondamentaux et de la justice. Toute décision concernant l'ouverture ou la clôture d'un chapitre doit être prise à l'unanimité des 28 Etats membres de l'UE. "La Turquie est impliquée dans le processus (...) on ne peut pas travailler seul, il faut que vous aussi vous nous donniez des munitions positives afin qu'ensemble on puisse consentir de nouveaux efforts (...) pour s'acheminer vers une situation gagnant-gagnant", a souligné Volkan Bozkir. Cette question devrait être abordée lors de la visite du président turc Recep Tayyip Erdogan vendredi à Paris où il sera reçu à l'Elysée par François Hollande pour évoquer également la situation internationale, en Irak et en Syrie notamment, et la coopération entre Paris et Ankara. (Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2801849 le mardi 28 oct 2014 à 16:54

    --&&&-------Pas d'UE possible tant que les USA auront leur armée sur le sol UE ! Non a cette EU vassal des USA ! La Russie n’a jamais été la vassal des USA, pourquoi l’écarter… !? L’ UE est une e/sc/ro.qu/er/ie politique. Vive la France libre ! Vive l’Europe libre ! --- La turquie dans l'ue, il n'y a que les usa qui veulent ça.....

  • gvigner3 le mardi 28 oct 2014 à 16:47

    Sauf qui peut!! il ne manque plus qu' eux! avec la grece, la roumanie, la bulgarie maintenant UK et .....la coupe est plus que pleine!!

  • M2941863 le mardi 28 oct 2014 à 16:22

    La turquie n'a rien a faire dans cette europe déja trop grande avec des pays qui n'en ont pas les moeysn financiers! se récupérer la turquie c'est à court terme encore des problèmes comme avec la Grèce...