UE-Accord sur une mission contre les passeurs en Méditerranée

le , mis à jour à 19:44
0

par Robin Emmott et Alastair Macdonald BRUXELLES, 18 mai (Reuters) - Les ministres des Affaires étrangères et de la Défense de l'Union européenne se sont mis d'accord lundi à Bruxelles sur le lancement d'une mission navale visant à neutraliser les réseaux de passeurs de migrants à travers la Méditerranée. L'opération pourrait débuter dès le mois prochain, a déclaré Federica Mogherini, porte-parole de la diplomatie européenne. "C'est un cas d'urgence... Avec l'été, nous devons nous attendre à encore plus d'arrivées", a-t-elle dit. L'Union européenne souhaite capturer les passeurs et détruire leurs embarcations au large de la Libye mais attend un feu vert des Nations unies pour pouvoir passer à l'action. Le quartier général de la mission navale européenne sera installé à Rome, l'Italie étant le pays qui reçoit le plus de migrants clandestins. Sans l'aval de l'Onu, les Européens ne pourront intervenir dans les eaux territoriales libyennes pour saisir les bateaux des passeurs. "Rien ne se passera sans un mandat de l'Onu", a souligné le ministre autrichien de la Défense, Gerald Klug. Mais l'UE peut déjà utiliser des navires, des drones et des hélicoptères pour recueillir des renseignements sur les réseaux de passeurs. Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a appelé l'Union à agir vite, en partie parce que des djihadistes du groupe Etat islamique (EI) pourraient "chercher eux aussi à se cacher, à se fondre parmi les migrants" dans le but de s'introduire en Europe. Cinquante et un mille migrants sont arrivés en Europe après avoir traversé la Méditerranée depuis le début de l'année. Sur ce total, 30.500 ont débarqué sur les côtes italiennes. Mille huit cents clandestins sont morts noyés en tentant la traversée, selon les chiffres du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Lors d'un sommet extraordinaire le 23 avril à Bruxelles, les dirigeants européens se sont entendus pour "identifier, saisir et détruire les navires avant qu'ils ne soient utilisés par les passeurs". (voir ID:nL5N0XK3HZ ) DÉSACCORD SUR LES QUOTAS Federica Mogherini s'est rendue ce mois-ci à New York pour rallier des soutiens à un projet de résolution élaboré par la Grande-Bretagne, la France, la Lituanie et l'Espagne qui permettrait à l'UE d'agir sous le chapitre 7 de la charte des Nations unies, lequel autorise le recours à la force pour rétablir la paix et la sécurité. ID:nL5N0Y24U0 La semaine dernière, la Commission européenne a proposé que 20.000 migrants soient accueillis et répartis à travers l'Union au cours des deux prochaines années, mais en accordant à la Grande-Bretagne, à l'Irlande et au Danemark le droit de ne pas participer à ce dispositif. Selon le projet de Bruxelles, les migrants seraient accueillis dans les pays européens selon une clé de répartition fondée sur la taille du pays, la croissance économique et d'autres critères, si bien que l'Allemagne, la France et l'Italie seraient les principaux foyers d'accueil. Après l'émotion suscitée par la mort depuis le début de l'année de centaines de migrants en Méditerranée, dont jusqu'à 900 dans le seul naufrage d'un chalutier le 18 avril au large des côtes libyennes, l'UE tente de définir une approche commune et de mieux répartir le fardeau qui pèse actuellement pour l'essentiel sur l'Italie et la Grèce, du fait de leur situation géographique. ID:nL5N0Y43WB L'idée de quotas est loin de faire l'unanimité. Le Premier ministre français Manuel Valls y est opposé ID:nL5N0Y70NO et le ministre espagnol des Affaires étrangères, Jose Manuel Garcia-Margallo, a dit craindre que son pays, en raison notamment de son fort taux de chômage, ne puisse accueillir de nouveaux immigrés. La Slovaquie et la Hongrie ont également fait part de leur opposition à ce système. Le président du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, a déclaré lundi que l'Union européenne ne pouvait pas accueillir tous les migrants qui tentent d'atteindre son territoire et qu'elle devait s'atteler à une nouvelle politique de retour. ID:nL5N0Y90R7 (Avec Philip Blenkinsop et Robert-Jan Bartunek; Eric Faye et Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant