UCI : Brian Cookson assure qu'il prendra ses responsabilités

le
0

Suite au décès d'Antoine Demoitié après un accident sur Gand-Wevelgem, le président de l'UCI Brian Cookson est revenu dans un long communiqué sur cette tragédie. Il assure qu'il prendra ses responsabilités suite à ce décès, tout comme l'UCI dans son ensemble.

Deux jours après le décès d’Antoine Demoitié des conséquences d’un accident sur Gand-Wevelgem, le président de l’UCI, qui assure que « de nombreuses personnes m’ont contacté, directement ou indirectement, ou ont utilisé les réseaux sociaux pour exprimer leur inquiétude et demander que des mesures soient prises », a décidé de s’exprimer et l’a fait via un long communiqué publié sur le site internet de l’UCI. Brian Cookson a tenu d’abord à exprimer sa « plus profonde sympathie » et ses « plus sincères condoléances à la famille d’Antoine et à son équipe ». S’il demande à ce qu’une enquête approfondie soit menée sur l’accident, et à laquelle l’UCI tient à participer, Brian Cookson demande également à ce que « l’UCI et l’ensemble des acteurs du cyclisme sur route tirent les leçons de cet incident en particulier, mais également des autres incidents dans lesquels des coureurs ou d’autres personnes ont été blessés ces derniers mois ». A ses yeux, les circonstances de l’accident qui a coûté la vie à Antoine Demoitié « ne sont pas aussi simples que beaucoup semblent le croire ».

La sécurité doit évoluer

Face au souci posé par les véhicules qui suivent les courses cyclistes, Brian Cookson assure que l’UCI est au travail avec les équipes pour que cela évolue à l’avenir. « L’UCI a travaillé ces derniers mois aux côtés de l’ensemble des acteurs de la discipline, afin de revoir les protocoles et les règlements touchant à tous les aspects des courses cyclistes sur route et notamment la conduite des véhicules suiveurs, qui fait l’objet d’une attention permanente. Cela inclut par exemple des briefings de commissaires approfondis, avant chaque épreuve de l’UCI World Tour, afin d’identifier les risques potentiels, assure Brian Cookson. Nous discutons par ailleurs actuellement, avec les différentes parties concernées, de propositions visant à réduire la taille du peloton. » S’il assure que l’organisation des courses cyclistes sur des routes publiques est quelque chose compliqué, il ajoute que « les problèmes complexes nécessitent des solutions complexes » mais admet également que « le cyclisme sur route tel que nous le connaissons et l’apprécions aujourd’hui ne pourrait pas exister sans les motos, les voitures et les autres véhicules, qui se trouvent souvent en nombre limité ».

Un appel à la responsabilité, à la prise de conscience

En conclusion de son communiqué, que l’UCI précise être « rédigé personnellement » par Brian Cookson, le président de l’instance mondiale du cyclisme appelle à la responsabilité de l’ensemble des intervenants du cyclisme sur route professionnel. « Je prendrai mes responsabilités au sérieux, comme l’ensemble de l’UCI. Et je demande à tout le monde d’en faire autant, ajoute le président de l’UCI. Uui, les pilotes de motos doivent s’assurer de ne pas perturber la course et de ne pas mettre en danger les coureurs ou toute autre personne. Les organisateurs doivent faire en sorte que leurs parcours soient aussi sûrs que possible, correctement encadrés et signalisés, et que coureurs et spectateurs soient protégés par des barrières, ou autre, lorsque nécessaire. Les conducteurs des voitures d’équipes doivent rouler pendant la course aussi prudemment que si leur famille était à bord. Les coureurs doivent veiller à leur propre sécurité et à celle des autres coureurs. Le public est également tenu de se conduire de façon responsable et de ne pas mettre les coureurs en danger. Nous avons certainement tous en mémoire des incidents illustrant chacun de ces aspects. »

Tirer les conséquences du décès d’Antoine Demoitié

Le président de l’UCI termine en assurant que l’institution sera encore plus mobilisée sur la question de la sécurité, pour que le décès d’Antoine Demoitié ne reste pas vain. « L’UCI poursuivra au cours des prochaines semaines le travail accompli de façon continue, depuis plusieurs mois, afin d’améliorer la sécurité du cyclisme sur route. Je prévois clairement qu’il y aura des modifications de règlements et que des recommandations seront formulées concernant la conduite des différentes parties impliquées. Mais en fin de compte, ces règlements et ces recommandations ont leurs limites face aux comportements de chacun, confirme Brian Cookson. Nous ne devons pas oublier que nous sommes tous responsables de notre propre sécurité, mais aussi de celle des personnes qui nous entourent. Antoine Demoitié aura ainsi peut-être laissé sur notre sport l’empreinte qu’il mérite. »

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant