UBS augmente ses provisions, le marché reste difficile

le , mis à jour à 10:19
0
    * Le bénéfice imposable en haussse de 11% 
    * Les provisions pour litiges encore augmentées 
    * Le titre est en hausse 
 
 (actualisé avec précisions, cours de Bourse) 
    par Joshua Franklin et Angelika Gruber 
    ZURICH, 28 octobre (Reuters) - UBS  UBSG.S  monte en Bourse 
vendredi après avoir publié des résultats trimestriels marqués 
par une hausse de plus de 400 millions de dollars des provisions 
liées aux litiges en cours aux Etats-Unis au sujet de prêts 
immobiliers titrisés mais aussi par une augmentation de 11% du 
bénéfice imposable. 
    La banque suisse, numéro un mondial de la gestion de 
fortune, a réalisé au troisième trimestre un bénéfice net de 827 
millions de francs suisses (763 millions d'euros), contre 2,1 
milliards sur la période correspondante l'an dernier. Les 
résultats du troisième trimestre 2015 incluaient un gain fiscal 
de 1,3 milliard de francs.  
    L'action UBS gagnait 0,86% à 14,05 francs après une 
demi-heure d'échanges, la plus forte hausse de l'indice de la 
Bourse de Zurich  .SSMI , qui cédait alors 0,7%. 
    Sur juillet-septembre, le bénéfice avant impôts a augmenté 
de 11% à 877 millions de francs en raison notamment de bonnes 
performances sur le marché suisse et de réductions de coûts.  
    Les provisions pour litiges liés à des prêts immobiliers 
titrisés (RMBS) ont été portées à 1,41 milliard de dollars fin 
septembre, contre 988 millions trois mois plus tôt. 
    "Les incertitudes macroéconomiques sous-jacentes et les 
tensions géopolitiques ont continué à contribuer à l'aversion de 
la clientèle au risque et à des volumes de transaction 
généralement bas", dit la banque dans un communiqué. 
     
    UN AVENIR PEU RASSURANT 
    UBS dit souffrir en outre dans un environnement de taux 
extrêmement bas, voire négatifs. 
    "Ces conditions sont peu susceptibles de changer dans un 
avenir proche", dit la banque. 
    Dans ce contexte, la division gestion de fortune d'UBS a 
fait état d'une marge brute en stagnation pour le sixième 
trimestre consécutif. La marge nette, en revanche, a légèrement 
progressé, de 27 points de base.  
    Le ratio de solvabilité CET 1, un instrument de mesure de la 
solidité du bilan sur lequel UBS s'appuie en outre pour 
déterminer le dividende qu'elle verse à ses actionnaires, est 
repassé de 14,2% à 14% en raison d'une légère augmentation des 
actifs pondérés des risques. 
    Plus orientée vers les marchés actions que ces concurrentes 
américaines, UBS n'a pas profité de la même hausse des revenus 
de la banque d'investissement que les établissements de Wall 
Street, dont les résultats ont été stimulés par les échanges sur 
le marché obligataire. 
    Le directeur général, Sergio Ermotti, avait averti fin 
septembre que les incertitudes politiques et les préoccupations 
liées à la croissance mondiale s'étaient traduites par une 
baisse des volumes de transactions.   
    UBS pourrait répercuter davantage les taux d'intérêt 
négatifs sur ses clients si la Banque nationale suisse (BNS) 
persiste dans sa politique actuelle, avait-il ajouté. 
    La BNS maintient depuis janvier 2015 à -0,75% le taux 
d'intérêt appliqué aux avoirs détenus auprès d'elle par les 
banques commerciales. 
    Ce taux négatif pèse sur le revenu net d'intérêt d'UBS, 
c'est-à-dire l'écart entre les marges qu'elle réalise sur son 
activité de crédit et ses coûts de financement, a expliqué 
Ermotti. 
 
 (Marc Angrand et Patrick Vignal pour le service français) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant