Ubisoft veut rassembler ses actionnaires et contrer Vivendi

le
0
Ubisoft veut rassembler ses actionnaires et contrer Vivendi
Ubisoft veut rassembler ses actionnaires et contrer Vivendi

L'éditeur de jeux vidéo Ubisoft, qui réunit ce jeudi ses actionnaires en assemblée générale, espère réussir à convaincre un maximum d'entre eux de soutenir sa stratégie d'indépendance, face à Vivendi son premier actionnaire qui veut un rapprochement.La famille fondatrice Guillemot s'est renforcée au capital et a mené une large campagne médiatique pour contrer les vélléités du patron de Vivendi, Vincent Bolloré, un "raider" qui s'est déjà emparé de l'éditeur pour jeux mobiles Gameloft et a mis la main dans le passé sur Vivendi ou Havas.Elle craint à l'occasion de cette AG, organisée dans un hôtel à Bagnolet, un coup de force de Vivendi pour obtenir une représentation au conseil d'administration.Les analystes observent cependant que les actionnaires n'ont pas intérêt à laisser entrer Vivendi au conseil dans l'immédiat, au vu des résultats financiers encourageants du groupe, et surtout parce que cela éloignerait la perspective d'une OPA et pourrait permettre à Vincent Bolloré de s'emparer du groupe progressivement sans en payer le prix.Au menu de l'assemblée générale, Ubisoft a proposé les candidatures de deux administratrices indépendantes, Frédérique Dame, issue d'Uber et Florence Naviner, directrice financière du producteur de confiserie américain Wrigley.Les cinq frères bretons Guillemot siègent également au conseil qui devrait passer de 9 à 10 membres. Si le poids des indépendants serait ainsi renforcé pour représenter la moitié des membres, les Guillemot resteraient surreprésentés par rapport à leur participation.Vivendi avait réclamé en juillet "une représentation cohérente avec sa position actionnariale".Le groupe n'a pas présenté de résolution pour demander des administrateurs avant la date limite du 4 septembre, mais il a toujours la possibilité d'en réclamer au cours de l'AG.Du côté du groupe de médias, on laisse entendre que ce n'est pas forcément un dossier urgent, à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant