Ubisoft ne veut pas lâcher les manettes

le , mis à jour à 09:01
2
Ubisoft ne veut pas lâcher les manettes
Ubisoft ne veut pas lâcher les manettes

Assassin's Creed, la licence phare d'Ubisoft, connaîtra-t-il son prochain développement avec... Vincent Bolloré dans le rôle de l'assassin ?

 

Le géant tricolore du jeu vidéo semble en tout cas se méfier comme de la peste du PDG de Vivendi, son premier actionnaire avec 22,8 % du capital ! Pourtant, les frères Guillemot, fondateurs d'Ubisoft, sont originaires du Morbihan, tandis que Vincent Bolloré, PDG du groupe de médias, est lui un Finistérien pur et dur. Mais, entre eux, pas de solidarité bretonne. Jeudi dernier à Montreuil (Seine-Saint-Denis), l'assemblée générale annuelle des actionnaires d'Ubisoft a été l'occasion d'un nouvel épisode de leur affrontement.

 

Petit retour en arrière. Depuis que Vivendi est entré au capital d'Ubisoft en 2015, les deux entreprises se regardent en chiens de faïence. « Bolloré est arrivé par surprise, en cassant la porte, insistait hier Emmanuel Carré, le porte-parole d'Ubisoft, joint par téléphone. Ce n'est pas une bonne manière de construire une relation. » Ambiance...

 

La situation s'était encore envenimée depuis que Vivendi avait exprimé son souhait d'être représenté au conseil d'administration (CA). Une demande qui, si elle avait été acceptée jeudi dernier, aurait permis à Vincent Bolloré de véritablement mettre un pied au cœur d'Ubisoft. La perspective était vécue comme un drame dans l'entreprise : « Nous demandons un plan de stratégie à Vivendi depuis longtemps, mais nous n'avons jamais eu de réponse », soupire le porte-parole d'Ubisoft.

 

Même sang d'encre chez les salariés : « Vivendi au CA, c'est un choc de culture ! frissonne l'une d'entre eux. Ubisoft, c'est une créativité monstrueuse, incompatible avec cette logique d'ultra-business et de rationalisation des coûts type Bolloré. »

 

Nombreux sont les employés d'Ubisoft à parler de « leur boîte » comme d'une « start-up », ou d'une « PME familiale », alors ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2057619 il y a 11 mois

    il faut résister et sauvegarder votre indépendance !!! vous représentez une réussite française reconnue internationalement...plutôt rare dans l'ambiance...Mr Vincent BOLLORE est un brillant financier pour qui l'essentiel est de développer son "empire" dans les activités hyper rentables avec un maximum de "return on invest"...la créativité ce n'est pas vraiment son problème...

  • titresyl il y a 11 mois

    les requins sont des fossoyeurs !!!! boloré est un requin donc !!! adieu UBISOFT ....