Ubisoft: les frères Guillemot face à Bolloré pour une assemblée générale sous haute tension

le
0
Ubisoft: les frères Guillemot face à Bolloré pour une assemblée générale sous haute tension
Ubisoft: les frères Guillemot face à Bolloré pour une assemblée générale sous haute tension

Le clan Guillemot se prépare jeudi à une assemblée générale des actionnaires d'Ubisoft sous haute tension alors que le troisième éditeur mondial de jeux vidéo, qu'il ont créé il y a trente ans, est aujourd'hui convoité par Vincent Bolloré.Le géant des médias Vivendi, contrôlé par l'homme d'affaires breton, a fait son entrée en octobre 2015 au capital de l'éditeur, pour atteindre 22,8% au dernier comptage, au grand déplaisir des frères Guillemot qui dirigeaient jusque-là leur groupe avec environ 10% des parts.L'assemblée générale des actionnaires de l'éditeur pourrait être l'occasion d'une confrontation entre les cinq frères Guillemot, tous aujourd'hui représentés au conseil d'administration, et le nouveau principal actionnaire du groupe, qui n'y est pas présent.Vivendi avait réclamé en juillet "une représentation cohérente avec sa position actionnariale". Si le groupe n'a pas présenté de résolution pour demander des administrateurs avant la date limite du 4 septembre, il pourrait en réclamer au cours de l'AG et chercher à déstabiliser la direction, de l'avis des analystes.Pour Vivendi, qui rêve de "synergies" entre les blockbusters d'Ubisoft et ses autres actifs comme Canal+, Dailymotion ou Universal, ce sera l'occasion de vérifier où va le soutien des actionnaires et de compter ses appuis.Face à la réputation de "raider" de l'homme d'affaires, qui a pris le contrôle de Vivendi avec seulement 15% du capital et en 2005 a pris les rênes du groupe de publicité Havas avec quelque 20%, les frères Guillemot ont battu le rappel.Ubisoft multiplie les efforts pour convaincre ses actionnaires qu'il créera plus de valeur en tant qu'éditeur indépendant que comme satellite de Vivendi.Avec Vivendi, "nous ne parlons pas la même langue, nous ne pouvons donc pas nous comprendre", a insisté Yves Guillemot, le PDG du groupe dans une interview au site jeuxvideo.com.- La menace d'un départ des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant