Ubisof: bénéfices en très forte hausse

le
0
Ubisof: bénéfices en très forte hausse
Ubisof: bénéfices en très forte hausse

L'éditeur de jeux vidéo Ubisoft a atteint ses objectifs annuels de rentabilité et d'activité avec des indicateurs en forte progression au terme de son exercice décalé 2012/13, et il prévoit de faire encore mieux en 2013/14, a-t-il indiqué mercredi.Au 31 mars 2013, le bénéfice net affichait une progression spectaculaire de près de 74% à 64,83 millions d'euros, et le chiffre d'affaires s'inscrivait en forte hausse (+18,3%) à 1,25 milliard d'euros.Le résultat opérationnel affiche la plus forte progression (+79%) à 100,29 millions d'euros. Le groupe a ainsi sensiblement amélioré la marge brute à 72,7%, par rapport à la marge de 67,7% réalisée un an plus tôt.Ces résultats supérieurs aux objectifs annoncés au début de l'exercice, correspondent aussi à l'hypothèse la plus haute fixée tout récemment par la société après une révision de ses objectifs.Ubisoft avait en effet rehaussé ses hypothèses de résultats en février, après avoir connu une activité très soutenue (+23%) au troisième trimestre correspondant à la période de Noël, particulièrement dynamique et lucrative pour le secteur du jeux vidéo.La société avait alors annoncé qu'elle visait un objectif de ventes entre 1,24 et 1,26 milliard d'euros, et un résultat opérationnel entre 90 et 100 millions d'euros.Pour l'exercice en cours, le groupe reste très confiant et prévoit d'atteindre un chiffre d'affaires annuel compris entre 1,42 et 1,45 milliard d'euros.Il met toutefois un bémol à ses ambitions en prévenant qu'il devrait connaître un ralentissement de l'activité au premier trimestre, avec un chiffre d'affaires en baisse de 47% qui devrait se situer "aux alentours de 70 millions d'euros", précise-t-il.Mais au titre de 2012/13, la société souligne les très bonnes performances de ses deux franchises à succès : Assassin's Creed 3 (plus de 12,5 millions d'unités écoulées) et Just dance (8,5 millions d'unités).Ubisoft a également généré...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant